Vous êtes ici : Accueil » Business plan » Partie rédactionnelle du business plan » La partie rédactionnelle du business plan

La partie rédactionnelle du business plan

La partie rédactionnelle d’un business plan doit contenir des informations précises sur le projet de création ou de reprise d’entreprise. Compta-Facile vous propose d’aborder dans cet article ses étapes de construction et de répondre à la question : qu’est-ce que la partie rédactionnelle d’un business plancomment la rédiger ? Quel est son contenu ?

partie redactionnelle business plan

Composition générale de la partie rédactionnelle du business plan

La partie rédactionnelle d’un business plan peut être décomposée en sept chapitres :

1. Executive summary
2. Présentation de l’offre
3. Analyse du marché, des concurrents et de l’environnement concurrentiel
4. Énonciation des objectifs
5. Présentation de la stratégie adoptée 
6. Présentation du porteur de projet et de l’équipe
7. Aspects juridiques

Selon les caractéristiques propres au projet du créateur d’entreprise, ces parties pourront évidemment faire l’objet d’aménagements (regroupement, éclatement voir suppression).

Contenu détaillé de la partie rédactionnelle

Rédiger l’executive summary

L’executive summary est représenté par une courte note (de 2 pages maximum) résumant l’ensemble du projet et son intérêt. Cette partie peut reprendre certains chiffres clefs issus du prévisionnel financier afin de permettre au lecteur de se faire une idée globale sur le projet. Elle ne doit pas comporter de détails trop techniques sur le produit ou le service vendu. Il est nécessaire d’insister sur les « fondamentaux » du projet :

  • Résumé des fonctionnalités du produit/service,
  • État du marché général du marché et ses perspectives d’évolution,
  • Membres clefs de l’équipe de la direction,
  • Besoin de financement global du projet,
  • Et résultats globaux prévisionnels.

Rédiger la partie : présentation de l’offre

Il s’agit de présenter les caractéristiques des produits et services de la future offre. Cette partie, plus technique, doit être exhaustive mais elle doit absolument rester claire pour le lecteur de business plan. Le porteur de projet pourra y aborder les points forts et les points faibles de son offre et préciser le stade de développement du projet.

Rédiger la partie : analyse du marché

L’intérêt de cette partie est de prouver au lecteur du business plan qu’un marché existe pour l’offre proposée et que cette dernière pourra occuper une place sur ce marché. Les informations suivantes pourront être recensées :

  • les caractéristiques générales du marché (taille, valorisation, volume, dimension, caractéristiques, segmentation (par client, par zone géographique), réglementation particulière) ;
  • les Facteurs Clés de Succès (FCS) du marché  ;
  • l’intensité de la concurrence.

Rédiger la partie : énonciation des objectifs

Le créateur doit s’assurer que ses objectifs soient réalistes réalistes et cohérents avec son projet. Il pourra, dans cette partie, indiquer le calendrier de mise sur le marché de son produit, les parts de marché qu’il vise (en pourcentage), le chiffre d’affaires prévisionnel qu’il compte atteindre et la rentabilité globale du projet (seuil de rentabilité). Il sera possible de mentionner dans cette partie des prévisions de ventes, année par année, selon différents scénarios :

  • Prévisions réalistes : il s’agit du scénario auquel le créateur d’entreprise s’attend ;
  • Prévisions pessimistes : scénario « catastrophe » anticipant une baisse des ventes de l’ordre de 20% ;
  • Prévisions optimistes : scénario « euphorique » permettant d’identifier les besoins en financement supplémentaires au cas où l’activité évoluerait plus rapidement que prévu (peu utilisé en pratique).

Rédiger la partie : présentation de la stratégie

Après avoir énoncé ses objectifs, le créateur doit indiquer les moyens qu’il met en œuvre pour y parvenir ; on appelle cela une stratégie ou un positionnement stratégique. Elle se décline à différents niveaux. En général, il s’agit :

  • d’une stratégie de différenciation

Dans cette stratégie, le porteur de projet s’attaque à l’ensemble du marché. Il s’agit ici de proposer un produit existant mais qui se différencie aux yeux des clients de ceux commercialisés par la concurrence.

  • d’une stratégie de domination par les coûts

Il s’agit de proposer une offre dont la valeur est perçue par les clients de manière identique à celle déjà présente sur le marché mais à un prix inférieur. Elle nécessite, en général, des investissements importants et donc des ressources financières conséquentes.

  • d’une stratégie de focalisation dite « stratégie de niche »

Ici, le créateur ratisse une cible moins large que le marché entier. Il ne cible qu’un segment particulier de celui-ci.

Rédiger la partie : présentation de la direction

Il convient, dans cette partie, de décrire les individus « clefs » du projet (rôle, expérience, formations suivies). Il s’agit, en général, de l’équipe de direction. Bien évidemment, il doit être mis l’accent sur les compétences du créateur et de son équipe. Un organigramme simplifié pourra y être inséré. L’origine du projet pourra également être évoquée ici (historique assez bref).

Rédiger la partie : dimension juridique

Pour exercer son activité, le porteur de projet va devoir choisir un statut juridique parmi les nombreuses formes à sa disposition : l’entreprise individuelle (EI), l’Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL), l’Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL), la Société A Responsabilité Limitée (SARL), la Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU), la Société par Actions Simplifiée (SAS), la Société Anonyme (SA), la Société en Nom Collectif (SNC), les sociétés civiles…  Il conviendra, dans cette partie, de préciser la structure juridique choisie, le régime fiscal de cette dernière, le montant et la répartition du capital, les représentants légaux, l’existence (ou non) d’un pacte d’actionnaires etc.
Pour plus d’informations, vous pouvez consulter nos articles :
Choisir le statut juridique de son entreprise,
Tableau comparatif des sociétés (SARL, EURL, SAS, SASU, SNC).

Conclusion : la partie rédactionnelle d’un business plan contient généralement 7 chapitres aussi importants les uns que les autres. Il convient d’y prêter une attention particulière. Elle est suivie d’un volet plus quantitatif appelé partie financière du business plan.

Si le porteur de projet le souhaite et, lorsqu’il fait son business plan avec un logiciel, il pourra être guidé dans le processus de rédaction (pour prendre connaissance de nos conseils quant à sa sélection : comment choisir son logiciel de business plan ?).

_~-*-~_

Découvrez notre livre sur le business plan et mettez toutes les chances de votre côté pour le réussir…

A propos de Thibaut Clermont

Thibaut Clermont
Thibaut CLERMONT, mémorialiste en expertise-comptable et webmaster de Compta-Facile, site d'information sur la comptabilité rattaché au réseau FCIC-MEDIA.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*


*