Vous êtes ici : Accueil » Écritures comptables » La clôture de l'exercice » Comptabilisation des charges à payer

Comptabilisation des charges à payer

A la clôture de l’exercice comptable, les entreprises doivent recenser un certain nombre de charges, dont les charges à payer. Compta-Facile vous propose une fiche complète sur les affectations comptables des charges à payer.

Les charges à payer

1. Définition d’une charge à payer (CAP)

Une charge à payer est un passif certain dont il est nécessaire d’estimer le montant ou l’échéance avec un incertitude moindre que s’agissant d’une provision. C’est donc une catégorie de charges qui se situe à mi-chemin entre les dettes et les provisions.

Une charge à payer doit être estimée lors de l’établissement des travaux d’inventaire, dans le cadre de la réalisation d’un bilan comptable (pour plus d’informations : comment faire son bilan comptable ?). Les pièces justifiant les charges à payer doivent être insérées dans le dossier de travail comptable annuel de l’entreprise.

2. Les principaux comptes de charges à payer (CAP)

Les charges à payer sont rattachées à des comptes précis selon le poste de dettes du bilan concerné.

Ainsi, les charges à payer relatives au financement de l’entreprise (emprunt, intérêts bancaires) seront comptabilisées dans :

  • le compte 1688 « Intérêts courus » ;
  • le compte 5181 « Intérêts courus à payer » ;
  • le compte 5198 « Intérêts courus sur concours bancaires courants ».

Les charges à payer qui concernent les fournisseurs seront comptabilisées dans :

  • Le compte 4081 « Fournisseurs – factures non parvenues » ;
  • Le compte 4088 « Fournisseurs – intérêts courus » ;
  • Le compte 4084 « Fournisseurs d’immobilisations – factures non parvenues ».

Enfin, les charges à payer ayant un caractère fiscal ou social sont comptabilisées au crédit :

  • Du compte 4282 « Personnel – dettes provisionnées pour congés à payer » ;
  • Du compte 4284 « Personnel – dettes provisionnées pour participation des salariés aux résultats » ;
  • Du compte 4286 « Personnel – autres charges à payer » ;
  • Du compte 4382 « Organismes sociaux – charges sociales sur congés à payer » ;
  • Du compte 4386 « Organismes sociaux – autres charges à payer » ;
  • Du compte 4482 « État – charges fiscales sur congés à payer » ;
  • Du compte 4486 « État – charges à payer ».

Les charges à payer portant sur d’autres dettes seront comptabilisées au crédit du compte 4686 « Créditeurs divers – charges à payer ».

3. Exemples de charges à payer (CAP)

L’équipe de Compta-Facile a déjà consacré un nombre important d’articles à ce sujet, voici les principaux :

Conclusion : les charges à payer doivent, à la clôture d’un exercice comptable être recensées et être comptabilisées dans l’exercice auquel elles se rattachent. Elles génèrent des écritures comptables de régularisation.

A propos de Thibaut Clermont

Thibaut Clermont
Thibaut CLERMONT, mémorialiste en expertise-comptable et webmaster de Compta-Facile, site d'information sur la comptabilité rattaché au réseau FCIC-MEDIA.

2 commentaires

  1. Bonjour. J’ai payé mon dernier acompte de TVA (en régime simplifié) par chèque fin décembre 2014. Or, la clôture intervient au 31/12/2014 et le chèque à été encaissé début janvier 2015. J’ai enregistré l’écriture comptable suivante : Débit du compte 44581 « Acomptes – Régime simplifié d’imposition » par le crédit du compte 4486 « Etat – charges à payer » pour 442 euros. Est-ce correct ?
    Initialement, j’avais enregistré le même compte au débit et utilisé le 5112 « Chèque à encaisser ». Mais je me suis retrouvé avec un bilan déséquilibré du montant de cet acompte…
    Merci d’avance de votre réponse.

    • Thibaut Clermont
      Thibaut Clermont

      Bonjour.
      Non, malheureusement, votre traitement comptable n’est pas correct. Si votre chèque a été émis avant le 31 décembre 2014, il convient de le comptabiliser dans les comptes 2014 dans votre journal de banque (débit du compte 44581 « Acomptes – régime simplifié d’imposition » par le crédit du compte 512 « Banque ») et d’effectuer, en fin d’année, un état de rapprochement bancaire. Pour plus d’informations : la comptabilisation de la CA12.
      Sur l’utilisation du compte 5112, effectivement, s’il n’est pas soldé à la clôture de l’exercice, il n’est pas repris dans l’édition des états comptables et de la liasse fiscale et génère une balance déséquilibré. Tous les comptes 511 et 471 doivent être soldés à la clôture de l’exercice.
      Bonne journée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*


*