Vous êtes ici : Accueil » Écritures comptables » Les immobilisations » La comptabilisation des dotations aux amortissements d’immobilisations

La comptabilisation des dotations aux amortissements d’immobilisations

En comptabilité, les entreprises qui clôturent leur exercice doivent enregistrer des écritures d’inventaire. Lorsqu’elles possèdent à l’actif de leur bilan comptable des immobilisations amortissables, elles vont devoir comptabiliser une écriture de dotation aux amortissements. Compta-Facile vous propose d’étudier le traitement comptable de la dotation aux amortissements des immobilisations.

comptabilisation amortissements comptables

1. Comptabilisation des amortissements d’immobilisations non réévaluées

Après avoir calculé le montant de l’amortissement, il convient de le comptabiliser. Les comptes utilisés dans l’écriture comptable dépendent de la nature de l’immobilisation (immobilisation corporelle ou incorporelle) et du type d’amortissement (amortissement comptable ou amortissement fiscal dérogatoire.

A. Comptabilisation des amortissements comptables

Voici l’écriture de comptabilisation des dotations aux amortissements des immobilisations incorporelles :

  • On débite le compte 68111 « Dotations aux amortissements sur immobilisations incorporelles » ;
  • Et on crédite une subdivision du compte 280 « Amortissements des immobilisations incorporelles ».

Voici l’écriture de comptabilisation des dotations aux amortissements des immobilisations corporelles :

  • On débite le compte 68112 « Dotations aux amortissements sur immobilisations corporelles » ;
  • Et on crédite une subdivision du compte 281 « Amortissements des immobilisations corporelles ».

Remarque : les dotations aux amortissements peuvent être comptabilisées soit à la clôture de l’exercice comptable (pour toute ou partie de l’année écoulée), soit tous les mois à l’aide de la méthode du système de l’abonnement.

B. Comptabilisation des amortissements dérogatoires

Les amortissements dérogatoires résultent de l’application de dispositions fiscales, lorsque la durée d’utilisation prévue de l’immobilisation (comptable) est inférieure à sa durée d’usage (fiscale). Ils revêtent un caractère obligatoire ou facultatif et peuvent résulter de l’application d’amortissements exceptionnels.

Voici comment comptabiliser des amortissements dérogatoires :

  • On débite le compte 68725 « Dotations aux amortissements dérogatoires »,
  • Et on crédite le compte 145 « Provisions réglementées – amortissements dérogatoires ».

Lorsqu’ils sont repris, les amortissements dérogatoires doivent suivre le schéma de comptabilisation suivant :

  • On débite le compte 145 « Provisions réglementées – amortissements dérogatoires »,
  • Et on crédite le compte 78725 « Reprises sur provisions réglementées – amortissements dérogatoires ».

2. Comptabilisation des amortissements d’immobilisations réévaluées

Ne sera étudiée ici que le cas de la réévaluation libre (et non la réévaluation légale). Nous soulignerons simplement ici que seules les immobilisations corporelles et les immobilisations financières peuvent être réévaluées ; les immobilisations incorporelles sont expressément exclues de ce dispositif.

Au préalable, il convient de reprendre les éventuels amortissements dérogatoires dont a bénéficié l’immobilisation réévaluée qui n’auraient pas encore été rapportés au résultat :

  • On débite le compte 145 « Provisions réglementées – amortissements dérogatoires »,
  • Et on crédite le compte 78725 « Reprises sur provisions réglementées – amortissements dérogatoires ».

Ensuite, il convient de calculer les dotations aux amortissements d’immobilisations réévaluées. La base de ce calcul devient la valeur réévaluée du bien (la fraction de l’écart de réévaluation correspondante ne doit pas être reprise au résultat). Le plan d’amortissement initial du bien est toujours appliqué.

L’écriture comptable d’enregistrement d’amortissements d’immobilisations réévaluées est donc la même que celle prévue pour les immobilisations non réévaluées (seul le montant des amortissements est différent).

Conclusion : Les dotations aux amortissements comptables sont enregistrées par le débit d’un compte 68 et le crédit d’un compte 28. Les amortissements dérogatoires, devant leur existence au droit fiscal, sont comptabilisés au débit du compte 68725 et au crédit du compte 145.

A propos de Thibaut Clermont

Thibaut Clermont
Thibaut CLERMONT, mémorialiste en expertise-comptable et webmaster de Compta-Facile, site d'information sur la comptabilité rattaché au réseau FCIC-MEDIA.

6 commentaires

  1. Bonjour,
    Merci pour votre site ! Je viens de reprendre des études de DCG (15 ans après mon BTS). J’ai une petite question au sujet de l’amortissement dégressif. D’après ce que j’ai compris, il se calcule en nombre de mois à partir du 1er jour du mois d’acquisition. Mais si l’achat a lieu le dernier jour du mois, par exemple le 30/03, doit-on prendre 9 mois ou 10 mois ?
    Bien cordialement

    • Thibaut Clermont

      Bonjour,
      Le point de départ des amortissements dégressifs est bien le 1er jour du mois d’acquisition de l’immobilisation. Par conséquent, dans votre exemple, il convient de retenir le 1er mars (le nombre de mois d’amortissement sera donc de 10). Pour vous aider dans votre démarche : construire un tableau d’amortissement dégressif. Bonne journée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

  2. Bonjour Thibault,
    Je suis en train de construire mon compte de résultat et j’ai un problème lorsque j’ajoute mes dotations aux amortissements.
    Si je suis une entreprise et que j’achète une machine à 10 K€ (amortissable en 5 ans). Dois-je indiquer dans mes charges 10 K€ (le montant de la machine) plus 2 K€ dans les dotations aux amortissements ? Ou dois-je ajouter 2 K€ dans les dotations aux amortissements et rien dans les charges ?
    Je vous remercie d’avance pour votre réponse.

  3. Bonjour Thibault,
    Merci pour votre site, je suis en train de préparé mon mémoire sur l’analyse financière, dans les bilans de l’entreprise que j’ai pris comme cas, j’ai trouvé un problème avec l’amortissements et les dotations aux amortissements, pour deux exercices :
    Amortis 2014 – Amortis 2013 = 80.946.482 ————> Dotations aux amortissements 2014 = 106.055.045
    Une différence de : 25.108.561
    Amortis 2015 – Amortis 2014 = 104.861.753 ———–> Dotations aux amortissements 2014 = 113.022.989
    Une différence de : 8.161.236
    Voilà ma question : Cette différence est due à quoi ?, et est-ce que c’est normal ?

    • Thibaut Clermont

      Bonjour,
      Votre différence peut être due à des cessions d’immobilisations. Dans ce cas, les amortissements figurant au passif du bilan sont repris en totalité (les comptes sont débités). Si l’immobilisation est totalement amortie, la diminution des amortissements n’a aucun impact sur le résultat (débit du compte 28 par le crédit du compte 2 concerné). A défaut, la valeur restant à amortir à la date de cession (appelée valeur nette comptable ou VNC) est comptabilisée au débit du compte 675 « Valeurs nettes comptables des éléments d’actifs cédés » en cas de cession. Vous l’auriez compris, les comptes de dotations aux amortissements du compte de résultat ne sont pas mouvementés.
      J’espère vous avoir éclairé. Bonne fin de journée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*


*