Vous êtes ici : Accueil » Base de la comptabilité » Travaux comptables » Les extournes en comptabilité : la contre-passation d’écritures

Les extournes en comptabilité : la contre-passation d’écritures

Les extournes, également appelées contre-passations en comptabilité, concernent toutes les entreprises tenues d’établir une comptabilité d’engagement, de type « créances-dettes ». Elles ne s’appliquent qu’à certaines écritures comptables. Compta-Facile effectue un point complet sur les extournes : qu’est-ce qu’une extourne ? Quelles sont les écritures à contre-passer ? Comment bien appréhender les extournes ?

contrepassation extournes comptabilité

1. Qu’est-ce qu’une extourne ou une contre-passation ?

En comptabilité, une extourne désigne une méthode consistant à modifier un mouvement comptable en enregistrant une écriture du même montant, mais en sens inverse (c’est-à-dire en utilisant des colonnes opposées) : les comptes initialement débités se retrouvent crédités et inversement.

La contre-passation permet donc d’effacer une opération comptable. Elle est généralement utilisé lors du passage d’un exercice comptable à un autre. Elle représente l’une des conséquences des principes comptables, et plus particulièrement du principe de séparation des exercices.

Les extournes ne doivent généralement pas être effectuées dans les entreprises relevant des Bénéfices Non Commerciaux (BNC) qui n’ont pas opté pour la comptabilité d’engagement (puisqu’elles établissent leur comptabilité selon les règles de la comptabilité de trésorerie). Pour le reste, elles demeurent utilisées dans la plupart des entreprises ; et notamment dans les comptes des sociétés commerciales (SA, SAS, SASU, EURL, SARL) et des entreprises individuelles relevant des Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC)…

2. Quelles sont les écritures à extourner en comptabilité ?

Les écritures comptables qui doivent faire l’objet d’une extourne (contre-passation) sont celles qui concernent à la fois l’exercice clôturé et le nouvel exercice ouvert. Ce sont quasi-exclusivement des écritures d’inventaire (c’est-à-dire des écritures de régularisation comptabilisées à la clôture de l’exercice comptable). Il s’agira principalement :

Exemple : Une entreprise clôture son exercice comptable au 31/12/N. Elle a comptabilité le 01/10/N une quittance d’assurance d’un montant de 1 200 euros qui couvre la période du 01/10/N au 30/09/N+1.

Au 31/12/N, en vertu du principe de séparation des exercices, elle doit comptabiliser une charges constatée d’avance : 

  • Débit du compte 486 « Charges constatées d’avance » pour 900 euros (1200 x 9/12) ;
  • Crédit du compte 616 « Primes d’assurance » pour 900 euros.

Après avoir clôturé son exercice comptable N et ouvert son exercice comptable N+1, elle va devoir comptabiliser au 01/01/N+1 l’extourne suivante :

  • Débit du compte 616 « Primes d’assurance » pour 900 euros ;
  • Crédit du compte 486 « Charges constatées d’avance » pour 900 euros.

3. Bien gérer ses extournes en comptabilité : nos conseils

La gestion des extournes en comptabilité nécessite un suivi rigoureux et exhaustif des écritures comptables. Elle nécessite une bonne organisation administrative (classement approprié) et comptable.

Pour se faire, il est conseillé de créer un journal comptable spécialement dédié à l’enregistrement comptable des écritures faisant l’objet d’extournes sur l’exercice suivant. En général, il est intitulé « journal d’extournes« .

Ainsi, lors de l’ouverture de l’exercice comptable suivant, il suffira :

  • D’éditer ce journal (en le bornant à l’exercice clos) et
  • De contre-passer l’ensemble des écritures en comptabilité (sur l’exercice suivant).

Cette technique permet d’atténuer le risque d’erreur et notamment la contre-passation d’écritures comptables qui n’auraient pas dû l’être ou l’omission d’extournes de certaines écritures. Certains logiciels comptables proposent une fonction d’extournes automatiques sur sélection préalable d’écritures. Ce module permet également de limiter le risque d’erreur (extournes dans le mauvais sens par exemple).

Conclusion : les extournes, ou contre-passations, doivent faire l’objet d’une attention particulière. Elles ne concernent généralement que les écritures d’inventaire et consistent à modifier une opération comptable en l’enregistrant exactement à l’envers de l’opération initiale.

A propos de Thibaut Clermont

Thibaut Clermont
Thibaut CLERMONT, mémorialiste en expertise-comptable et webmaster de Compta-Facile, site d'information sur la comptabilité rattaché au réseau FCIC-MEDIA.

5 commentaires

  1. Bonjour,

    Je dois passer une écriture en FNP pour l’exercice N, donc mon écriture est :

    622–D
    408–C

    Au 01/01/N+1, je dois extourner l’écriture soit :

    408–D
    622–C

    Au moment où je reçois la facture, est-ce que l’écriture est :

    622–D
    401–C

    Ma question : pourquoi comptabilise-t-on à nouveau la facture sur N+1 ?

    En vous remerciant pour votre réponse.

    • Thibaut Clermont

      Bonjour,
      La facture doit être comptabilisée en N+1 car elle est datée de cette période. Tous les justificatifs comptables doivent être enregistrés à leur date d’émission. L’extourne effectuée au 01/01/N+1 (crédit du compte 622) va permettre de « neutraliser » la charge qui concerne l’exercice N pour laquelle la facture a été émise en N+1.
      Bonne journée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

  2. Bonjour,
    J’ai vu que l’entreprise avait la possibilité de ne pas contre-passer les écritures de régularisation de charges et de produits au 1er janvier mais d’utiliser la méthode de l’imputation.
    Je voudrais savoir si cette méthode de l’imputation est largement suivie par les entreprises ?
    Merci pour votre réponse

    • Thibaut Clermont

      Bonjour,
      Je vous déconseille d’utiliser cette méthode. Prenez le temps d’enregistrer vos extournes et de constater les futurs mouvements de manière classique dans votre comptabilité pour la simple et bonne raison que des montants provisionnés à la clôture d’un exercice ne seront pas identiques en termes de montant à ceux que vous rencontrerez effectivement l’année suivante.
      Bonne journée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

  3. Bonjour,

    Merci beaucoup pour vos éclaircissements et conseils.
    Bonne journée

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*


*