Vous êtes ici : Accueil » Écritures comptables » Les charges » La comptabilisation des indemnités journalières – IJSS

La comptabilisation des indemnités journalières – IJSS

Les entreprises peuvent percevoir des indemnités journalières de la sécurité sociale pour cause de maladie. Ces sommes, appelées IJSS, doivent faire l’objet d’une comptabilisation. Compta-Facile s’attaque ici au traitement comptable des indemnités journalières : que sont les IJSS ? Comment les comptabiliser ?

comptabilisation indemnites journalieres maladie ijss

1. Les indemnités journalières IJ : définition

Tous les travailleurs, qu’ils soient salariés ou non salariés, s’ils cotisent aux caisses (le régime général de l’URSSAF pour les salariés, le régime social des indépendants RSI pour les commerçants/artisans et l’URSSAF pour les professions libérales) peuvent bénéficier d’indemnités journalières en cas d’arrêt de travail pour cause de maladie (professionnelle ou non professionnelle), maternité, congé paternité ou congé d’adoption.

En ce qui concerne les salariés, les indemnités journalières de la sécurité sociale (IJSS) leur sont versées directement. Par exception, l’entreprise peut maintenir les salaires de ses employés. Elle percevra alors elle même les indemnités. Cette pratique est appelée subrogation de l’employeur.

S’agissant des non-salariés, les indemnités journalières leur sont versées personnellement. Toutefois, s’ils exercent leur activité sous la forme de l’entreprise individuelle (ou sous la forme sociétaire mais que la société prend à sa charge les cotisations sociales leur incombant personnellement), ils doivent constater cette indemnisation dans la comptabilité de leur entreprise.

Le traitement comptable des indemnités journalières dépend de son bénéficiaire.

2. Les indemnités journalières IJ : comptabilisation

A. Comptabilisation des indemnités journalières versées aux salariés

L’employeur n’est pas subrogé dans les droits du salarié

Lorsque l’entreprise n’effectue pas de subrogation, aucune écriture comptable particulière n’est à enregistrer. Elle va constater dans ses écritures de paie une diminution du salaire brut du salarié absent. Ce dernier percevra directement les IJSS sur son compte personnel.

L’employeur est subrogé dans les droits du salarié

Dans ce cas, l’entreprise maintient le salaire de son employé. L’absence du salarié devant être neutre pour l’entreprise, celle-ci va percevoir directement l’indemnité journalière. A ce titre, elle dispose d’une créance sur les organismes sociaux.

Voici comment comptabiliser les indemnités journalières de la sécurité sociale versées aux salariés en cas de subrogation :

Au cours du mois où le salarié est absent, la créance détenue par l’entreprise envers les organismes sociaux doit être constatée :

  • On débite le compte 4387 « Organismes sociaux – Produits à recevoir »,
  • Et on crédite le compte 641 « Rémunération du personnel ».

Lors du remboursement des indemnités :

  • On débite le compte 512 « Banque »,
  • Et on crédite le compte 4387 « Organismes sociaux – Produits à recevoir ».

Lorsque le décalage entre la constatation de la créance et son remboursement est compris à l’intérieur d’un exercice comptable, il n’est pas utile de régulariser l’avance de cotisations sociales sur les indemnités journalières puisqu’elles seront automatiquement régularisées par la minoration des charges sociales lors du paiement des IJ, qui sont elles-même exonérées de cotisations (sauf de CSG/CRDS). En revanche, si l’exercice est clôturé entre temps et lorsque ces sommes sont significatives, il convient d’effectuer un ajustement des charges à récupérer :

  • On débite le compte 486 « Charges constatées d’avance »,
  • Et on crédite les subdivisions des comptes 645 « Charges sociales ».

B. Comptabilisation des indemnités journalières versées aux non-salariés

Les non-salariés, s’ils perçoivent des indemnités journalières doivent, dans certains cas, réintégrer en comptabilité ces sommes.

Voici comment comptabiliser les indemnités journalières versées aux non-salariés :

  • On débite le compte 4551 « Associés – comptes courants » (pour les gérants de société) ou le compte 108 « Compte de l’exploitant » (pour les chefs d’entreprise individuelle) ;
  • Et on crédite le compte 791 « Transfert de charges d’exploitation ».

Remarque : si les sommes ont été encaissées sur le compte bancaire professionnel, il conviendra d’utiliser le compte 512 « Banques » au lieu du compte 4551 ou 108.

Conclusion : Les indemnités journalières perçues au titre des arrêts maladie des salariés et des non-salariés génèrent des écritures comptables particulières.

A propos de Thibaut Clermont

Thibaut Clermont
Thibaut CLERMONT, mémorialiste en expertise-comptable et webmaster de Compta-Facile, site d'information sur la comptabilité rattaché au réseau FCIC-MEDIA.

5 commentaires

  1. Merci pour ces détails !

  2. Bonjour,
    Je suis en EI, j ai perçu des indemnités pour la maternité. Je voulais savoir si elles devaient être considérées comme du bénéfice sur lequel je devrais payer des cotisations sociales TNS ? Merci d’avance.

    • Thibaut Clermont

      Bonjour,
      Oui, sauf erreur de ma part, les indemnités journalières de maternité doivent être prises en compte dans votre revenu au sens social et fiscal. Vous devez donc les déclarer tant sur le plan social (elles doivent être prises en compte dans votre D.S.I) que sur le plan fiscal. Bonne journée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

  3. Bonjour,

    Restaurateur et donc TNS je suis en arrêt de travail depuis la mi-Octobre. Ayant souscrit une assurance IJ prévoyance, je perçois des indemnités. Afin de maintenir le règlement de nos charges j’ai reversé ces IJ dans le compte courant de la société.
    1) Quelle écriture dois je passer ( je fais ma compta seul )
    2) Ces IJ servant à régler les charges serai-je obligé de les déclarer au RSI et ou au Impôts pour le calcul de l’IR.

    Vous remerciant infiniment de vos conseils

    Cordialement

    • Thibaut Clermont

      Bonsoir,
      Cette prévoyance est-elle prise en charge par votre société ? Autrement dit, les cotisations sont-elles prélevées sur le compte bancaire professionnelle de votre entreprise ? Dans l’affirmative, vous êtes dans l’obligation de déclarer ces sommes et de les réintégrer dans votre bénéfice imposable.
      Sur le plan comptable : lorsque les indemnités vous ont été octroyées vous débitez le compte 108 « compte de l’exploitant » si vous êtes entrepreneur individuel ou le compte 4551 « compte courant d’associés » si vous êtes associé de société et vous créditez le compte 791 « Transfert de charges d’exploitation ». Lorsque les fonds seront reversés sur le compte professionnel : débit du compte 512 « Banque » par le crédit du compte « 4551 » ou « 108 ». Ces sommes seront taxées au niveau de la société (elles viendront augmenter le montant du bénéfice imposable qui sera imposé à l’IS ou à l’IR en fonction de votre régime fiscal). Socialement, il me semble (à faire vérifier par votre expert-comptable) que ces sommes doivent être déclarées au titre de votre revenu social.
      Bonne soirée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*


*