Vous êtes ici : Accueil » Écritures comptables » La trésorerie » La comptabilisation des opérations bancaires

La comptabilisation des opérations bancaires

Les opérations bancaires doivent faire l’objet d’un enregistrement comptable (en général dans un journal de banque). Compta-Facile vous présente sa fiche complète portant sur le thème de la comptabilisation des opérations de banque.

comptabilisation operations bancaires1. Date de comptabilisation des principales opérations bancaires

En principe, toutes les opérations bancaires doivent être enregistrées, dans un journal approprié, à leur date d’opération. Il convient de ne pas retenir la date de valeur de l’opération car celle-ci correspond à un délai imposé par la banque pour des raisons techniques.

Voici un tableau récapitulatif des dates d’enregistrement comptable des opérations bancaires courantes :

Opérations bancaires Date d’enregistrement comptable
Encaissements
Chèques reçus Date de la remise de chèque
Virements reçus Date de l’avis de crédit de la banque
Paiement reçu par carte de crédit Date de l’avis de crédit de la banque
Lettres de change à recevoir Date d’acceptation du client
Billets à ordre à recevoir Date de réception du billet
Effets escomptés Date de l’avis de crédit de la banque
Décaissements
Chèque émis Date d’émission du chèque
Virement émis Date de l’ordre de virement
Lettres de change à payer Date d’acceptation de la LC
Billets à ordre à payer Date de la remise du billet

2. Comptabilisation des encaissements

Comptabilisation des chèques reçus

Un chèque reçu est considéré comme encaissé dès lors qu’il a été remis à la banque. Lorsqu’il est reçu :

  • On débite le compte 5112 « Chèques à encaisser »,
  • Et on crédite le compte 411 « Clients » ou le compte de tiers concerné par l’opération.

Puis, lorsqu’il est remis en banque :

  • On débite le compte 512 « Banque »,
  • Et on crédite le compte 5112 « Chèques à encaisser ».

Dans l’hypothèse où le chèque reçu se révélerait sans provision, il convient de l’isoler dans le compte 416 :

  • On débite le compte 416 « Clients douteux » (et plus particulièrement une subdivision de ce compte afin de suivre le dénouement de la procédure de recouvrement de créance),
  • Et on crédite le compte 5112 « Chèques à encaisser ».

S’en suit éventuellement une écriture de provision pour dépréciation de créance douteuse.

Comptabilisation des virements reçus

Un virement reçu est comptabilisé à la date de réception de l’avis de crédit de la banque (en pratique, il n’est pas retenu la date d’ordre de virement du débiteur étant donné qu’un ordre de virement peut être annulé tant qu’il n’a pas été exécuté). Toutefois, le virement est considéré comme acquis dès lors que le banquier a reçu les fonds, peu importe le délai qu’il pratique avant d’inscrire la somme au crédit du compte du bénéficiaire.

Lorsqu’il est reçu, le virement est comptabilisé comme suit :

  • On débite le compte 512 « Banque »,
  • Et on crédite le compte 411 « Clients » ou le compte de tiers concerné par l’opération.

Comptabilisation des paiements reçus par carte de crédit

La contrepartie d’une vente payée par carte de crédit est généralement scindée entre :

  • le montant de la commission prélevée par la banque (enregistrée au débit du compte 627 « Services bancaires ») et
  • le montant de la créance encaissée (enregistrée au crédit d’une subdivision du compte 511 « Cartes de crédit à encaisser »).

Comptabilisation des effets à recevoir

De manière symétrique à ce qui est prévu pour les effets à payer, les lettres de change à recevoir doivent être comptabilisées dès qu’elles sont acceptées et les billets à ordre dès leur réception :

  • On débite le compte 413 « Clients – effets à recevoir »,
  • Et on crédite le compte 411 « Clients ».

Puis, lorsque l’effet arrive à échéance :

  • On débite le compte 512 « Banque »,
  • Et on crédite le compte 413 « Clients- effets à recevoir ».

Comptabilisation des effets remis à l’escompte

La remise à l’escompte est une opération de mobilisation de créances par laquelle le banquier, met à disposition de son client titulaire d’une créance représentée par un effet de commerce, le montant de celle-ci moins sa rémunération. Voici l’écriture comptable à enregistrer lorsque l’escompte est accepté par la banque :

  • On débite le compte 5114 « Effets à l’escompte »,
  • Et on crédite le compte 411 « Clients ».

Dès lors que l’avis de crédit de la banque est reçu, l’effet doit être viré du compte 5114 « Effets à l’escompte » vers le compte 512 « Banque ». Les intérêts doivent être comptabilisés dans le compte 661 « intérêts bancaires et sur opération de financement (escomptes, …) ».

Remarque : une fois escomptés, les effets disparaissent de l’actif du bilan de la société créancière. Or, une information concernant ces derniers doit être fournie en annexe. En pratique, il est possible de les maintenir au débit du compte 413 « Clients – Effets escomptés » en constatant en parallèle une dette dans le compte 519 « Concours bancaires courants ».

3. Comptabilisation des décaissements

Comptabilisation des chèques émis

Un chèque doit être comptabilisé dès lors qu’il a été émis, sans attendre son encaissement. Il sera ensuite présenté au paiement, en principe, dans un délai pouvant aller jusqu’à un an.

Voici comment comptabiliser un chèque dès son émission :

  • On débite le  compte de tiers concerné (compte 401, 421, 44551 ou 431 par exemple),
  • Et on crédite le compte 512 « Banque ».

Comptabilisation des virements émis

Les virements doivent être comptabilisés à leur date d’émission (en pratique, il s’agit de la date de l’ordre de virement). L’écriture comptable est la même que pour les chèques :

  • On débite le  compte de tiers concerné (compte 401, 421, 44551 ou 431 par exemple),
  • Et on crédite le compte 512 « Banque ».

Comptabilisation des paiements effectués avec une carte de crédit

Ils sont comptabilisés en contrepartie du compte 512 « Banque » à la date figurant dans l’avis de débit de la banque.

Comptabilisation des effets à payer

Les lettres de change sont comptabilisées dès lors qu’elles ont été acceptées tandis que les billets à ordre sont enregistrés dès leur date de remise. Dans ces cas :

  • On débite le compte 401 « Fournisseurs »,
  • Et on crédite le compte 403 « Fournisseurs – effets à payer ».

Lorsque survient l’échéance de l’effet :

  • On débite le compte 403 « Fournisseurs – effets à payer »,
  • Et on crédite le compte 512 « Banque ».

4. Comptabilisation des virements internes

Les opérations de transferts de fonds (virement entre différents comptes bancaires, remise d’espèces provenant de la caisse en banque ou retrait d’espèces pour alimenter la caisse) sont retranscrites dans un compte de passage : il s’agit du compte 58 « Virements internes ». Ce compte doit obligatoirement se trouver soldé à la clôture de l’exercice.

Remarque générale : lorsqu’un décalage apparaît, à la clôture de l’exercice, entre la date de comptabilisation et la date d’opération figurant sur le relevé bancaire, il convient d’effectuer un état de rapprochement bancaire pour s’assurer que le solde bancaire « rétabli » est le même que le solde comptable.

Voici le lien vers l’un de nos articles qui complète celui-ci : comment bien saisir un relevé bancaire ?

A propos de Thibaut Clermont

Thibaut Clermont
Thibaut CLERMONT, mémorialiste en expertise-comptable et webmaster de Compta-Facile, site d'information sur la comptabilité rattaché au réseau FCIC-MEDIA.

5 commentaires

  1. J’ai trouvé la réponse à mon problème grâce à vous !

  2. C’est vraiment très bien ce que vous faites ! je viens de découvrir ce site et j’ai trouvé les réponses à mes questions. Merci !

  3. C’est très bien fait, un grand merci à vous !

  4. Bonjour,

    Je suis en train de saisir une écriture de relevé bancaire, sur laquelle figure plusieurs encaissements par CB. si je suis votre procédure de comptabilisation des paiements reçus par carte de crédit, je me retrouve avec un journal déséquilibré : en effet je débite mon compte 627 de la valeur de la taxe sur les opérations bancaires, et je crédite mon compte 5115 : paiements reçus par carte de crédit avec le montant de l’encaissement : 13,80 euros. Du coup, mon journal est déséquilibré de 13,75 euros.

    Je ne comprend probablement pas bien comment doit être saisi ce type d’opérations. Si quelqu’un a un conseil à me donner.

    J’en profite pour dire un grand merci à l’équipe du site compta-facile, vous faites un super boulot !

    Florent

    • Thibaut Clermont

      Bonjour,
      Merci pour vos encouragements. Vous devez créditez votre compte 5115 pour le montant brut perçu, c’est-à-dire avant prélèvement de la commission bancaires sur la CB. Parallèlement à cela, il convient de débiter le compte 627 afin de constater la commission perçue par la banque. Mais peut-être que cette dernière n’est pas prélevée immédiatement et recouvrée le mois d’après, avec toutes les autres commissions du mois concerné.
      Exemple : Vous avez encaissé 10 CB de 10€ en octobre. La commission de la banque s’élève à 1% par transaction soit 1€ pour le mois d’octobre. Au lieu de comptabiliser 10 commissions de 0,10€ en octobre, la banque vous prélève peut être 1 lot de commissions pour le montant global de 1€ en novembre.
      Qu’en est-il ? Si c’est le cas, vous pouvez comptabiliser les commissions en globalité sur le mois d’après. Sinon, nous devons trouver une autre explication.
      Bonne fin de journée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*


*