Vous êtes ici : Accueil » Base de la comptabilité » Principes comptables » La comptabilité générale

La comptabilité générale

La comptabilité générale est un système d’organisation dans lequel des flux et opérations sont traduits en termes financiers. Ils reflètent ainsi le patrimoine et les performances d’une entreprise qui peuvent, tous deux, être analysés. Compta-Facile y consacre une fiche répondant aux questions : qu’est-ce que la comptabilité générale ? A quoi sert-elle ? En quoi consiste-t-elle ?

comptabilite-generale

Qu’est-ce que la comptabilité générale ?

par définition, la comptabilité générale est un système d’organisation dans lequel les flux en provenance ou à destination de l’entreprise sont identifiés et traduits sur le plan financier dans les comptes de celle-ci. Elle représente un outil permettant, au titre d’une période appelée « exercice comptable » :

  • d’une part de prendre connaissance du patrimoine d’une entité (ce qu’elle possède et ce qu’elle doit),
  • d’autre part de mesurer périodiquement les performances de celle-ci au travers du résultat qu’elle a réalisé sur une période.

A quoi sert la comptabilité générale ?

La comptabilité générale sert à produire de l’information à destination :

  • de toute personne de droit privé intéressée (associés, actionnaires, banquiers, fournisseurs, clients, etc.),
  • de toute administration ou personne de droit public (fiscale ou sociale, Banque de France, INSEE, etc.).

Elle alimente des statistiques d’envergures diverses (nationales notamment comme le produit intérieur brut, somme des valeurs ajoutées de toutes les entreprises) et constitue la base de calcul d’une multitude d’impôts et taxes ; citons, à titre d’exemple et sans que cela soit exhaustif :

  • l’impôts sur les bénéfices (impôt sur le revenu ou impôt sur les sociétés calculés sur un résultat fiscal),
  • la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE),
  • la taxe sur la valeur ajoutée (TVA).

Enfin, elle représente un véritable outil de gestion puisqu’elle va également permettre :

Qui doit tenir une comptabilité générale ?

Toutes les entreprises exerçant une activité commerciale, artisanale, industrielle ou libérale doivent tenir une comptabilité générale dans la mesure où elles ne relèvent pas d’un régime du micro au sens fiscal (micro-BNC, micro-BIC ou auto-entrepreneur dispensés de tenir une comptabilité).

Certaines bénéficient d’importants aménagements (c’est notamment le cas des professions libérales exerçant leur activité en entreprise individuelle qui peuvent se contenter de tenir une comptabilité de trésorerie) tandis que d’autres doivent tenir une comptabilité en partie double (commerçants, artisans quelle que soit leur structure d’exercice ou professionnels libéraux exerçant sous forme sociétale assimilée à une structure commerciale) sous réserve de quelques aménagements (option pour la comptabilité super-simplifiée possible dans certains cas).

L’étendue des obligations comptables est donc variable, pour en prendre connaissance :

En quoi consiste la comptabilité générale ?

La comptabilité générale consiste à traduire tous les flux que rencontrent une entreprise sous la forme d’enregistrements comptables.

Plus généralement, sont enregistrées dans des journaux particuliers des pièces justificatives. Elles constituent la matière première de la comptabilité générale. Ce sont toutes les factures (achats, ventes), les relevés bancaires, les tickets de caisse enregistreuse, les différents bordereaux de cotisations sociales, les journaux de paie, les déclarations de TVA ou de taxes diverses qui vont être saisis en comptabilité.

Chaque pièce va générer une ou plusieurs écritures comptables mouvementant différents comptes en fonction de la nature de l’opération (comptes de bilan ou comptes de gestion) et du sens de cette dernière. Le montant est ventilé, selon le mécanisme de la partie double ou de la partie simple, entre deux colonnes : le débit ou le crédit. Chacune d’entre elles a une signification particulière.

Comptes et signification Signification d’un débit Signification d’un crédit
Compte de charges (classe 6) Augmentation de charges Diminution de charges
Compte de produits (classe 7) Diminution de produits Augmentation de produits
Compte d’actifs (classe 2, 3, compte 409, comptes 41 sauf exceptions et classe 5 sauf exceptions) Augmentation de possession Diminution de possession
Compte de passifs (classe 1, comptes 40, 42, 43,44 et 46 sauf exceptions et certains comptes de classe 5) Diminution de ressources Augmentation de ressources

Pour plus d’informations à ce sujet : la saisie comptable, saisir une facture, saisir un relevé bancaire

Quels sont les documents de la comptabilité générale ?

La comptabilité générale génère trois états financiers fondamentaux appelés comptes annuels et composés d’un bilan, d’un compte de résultat et d’une annexe.

Le bilan

Le bilan représente une photographie du patrimoine d’une entreprise, à un instant « t » donné (et, en l’occurrence, à la clôture de l’exercice comptable). Il récapitule, d’un côté, ce que l’entreprise possède (on parle d’actifs) et, de l’autre, ce qu’elle doit (on parle de passifs).

A l’actif figurent généralement :

  • les investissements durables d’une entreprise (appelés immobilisations),
  • les biens qui sont conservés par l’entreprise sur une courte durée (l’actif circulant et notamment les stocks, les créances et les disponibilités),
  • ainsi que des postes de régularisation.

Au passif, sont repris :

  • les ressources internes, moyens de financement à disposition de l’entité pour un délai assez long (le capital, les réserves, le report à nouveau, etc.),
  • et les ressources externes temporaires (dettes financières, dettes fournisseurs, dettes fiscales et sociales).

Le bilan, comme le compte de résultat, peuvent être présenté sous la forme abrégée, de base ou développée.

Pour plus d’informations : comment lire un bilan comptable ?

Le compte de résultat

Le compte de résultat est le reflet du résultat des opérations de l’exercice écoulé. Il mesure la performance d’une entreprise en faisant la différence entre ses produits et ses charges sur une période précise (il ne s’intéresse pas au passé mais uniquement à une période en cours). Il permet d’analyser le résultat à différents niveaux : sur le plan de l’exploitation (résultat d’exploitation), dans le domaine financier (résultat financier), au niveau exceptionnel (résultat exceptionnel) ou dans la globalité (résultat net comptable).

Sont considérés comme des produits :

  • les ventes de marchandises, de produits finis, de prestations de services,
  • les subventions d’exploitation, subventions d’investissements ou subventions d’équilibre,
  • les autres produits d’exploitation et produits des activités annexes,
  • et les transferts de charge.

Représentent des charges :

  • les achats de marchandises, de prestations de services, de fournitures consommables, d’énergie,
  • les charges externes (honoraires, frais postaux, frais de télécommunication, documentation, loyers, abonnements, maintenance, etc.),
  • les impôts et taxes (contribution foncière des entreprises, contribution sur la valeur ajoutée des entreprises, taxe sur les véhicules de société, droits d’enregistrement),
  • les charges financières (intérêts sur emprunts, intérêts sur compte courant d’associés),
  • les charges exceptionnelles,
  • les amortissements et provisions.

Pour plus d’informations : comment lire un compte de résultat ?

L’annexe

L’annexe est note écrite apportant un complément d’information au bilan et au compte de résultat nécessaire à une meilleur compréhension des états financiers. Son contenu est plus ou moins développé selon la taille de l’entreprise, sa forme (société ou entreprise individuelle) et son régime d’imposition (régime du micro, régime simplifié d’imposition ou régime réel).

Il existe trois formes d’annexe : l’annexe de base, l’annexe simplifiée ou l’annexe abrégée. Dans certains cas et sous certaines conditions, une entreprise peut être dispensée d’annexe.

Conclusion : la comptabilité générale est un système d’organisation qui traduit dans les comptes d’une entité les flux et opérations qui l’ont concernée. Elle aboutit à la production d’états financiers appelés états de synthèse et composés d’un bilan, d’un compte de résultat et d’une annexe.

A propos de Thibaut Clermont

Thibaut Clermont
Thibaut CLERMONT, mémorialiste en expertise-comptable et webmaster de Compta-Facile, site d'information sur la comptabilité rattaché au réseau FCIC-MEDIA.

2 commentaires

  1. Merci pour ces informations

  2. Merci pour l’information.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*


*