Vous êtes ici : Accueil » Écritures comptables » Les charges » La comptabilisation des dépenses liées aux sites internet

La comptabilisation des dépenses liées aux sites internet

Une entreprise qui possède un ou plusieurs sites internet engage couramment des dépenses liées à ces derniers, avec notamment la publicité internet, les dépenses d’hébergement, les achats de noms de domaine et les rédactions d’articles réalisées par des professionnels.

Après avoir abordé la comptabilisation de l’achat et de la réalisation des sites internet, nous allons dans cet article la comptabilisation des dépenses courantes liées aux sites internet.

comptabilisation des dépenses liées aux sites internet

Comptabilisation de la publicité liée au site web

Pour promouvoir son site web sur internet, il est courant d’effectuer des dépenses de publicité auprès de régies spécialisées, directement avec des sites partenaires, ou également d’utiliser Google Adwords.

La comptabilisation de ces dépenses de publicité peut être effectuée de la manière suivante :

  • on crédite le compte 401 « Fournisseurs » pour le montant TTC de la facture,
  • et on débite les comptes :
    • 623 « Publicité  et publications » ou le sous-compte éventuel pour le montant HT des dépenses de publicité,
    • et 44566 « TVA déductible sur autres biens et services » pour le montant de la TVA.

Comptabilisation de l’achat des noms de domaine

Les dépenses liées à l’acquisition de noms de domaine peuvent être immobilisées (lorsque le site web figure à l’actif) ou, dans d’autres cas, comptabilisées en charges. Dans ce dernier cas, il est possible de comptabiliser l’écriture suivante :

  • on crédite le compte 401 « Fournisseurs » pour le montant TTC de la facture,
  • et on débite les comptes :
    • 651 « Redevances pour concessions, brevets, licences, marques, procédés, logiciels, droits et valeurs similaires » ou le sous-compte éventuel pour le montant HT des dépenses de noms de domaine,
    • et 44566 « TVA déductible sur autres biens et services » pour le montant de la TVA.

Un nom de domaine est réservé pour une période d’au moins un an, ce qui signifie que la charge doit la plupart du temps être neutralisée en comptabilité par une charge constatée d’avance.

Pour plus d’informations : les charges constatées d’avance.

Comptabilisation des dépenses d’hébergement

Un site web doit être hébergé (il s’agit de l’endroit où sont stockés les fichiers du site et les données). L’entreprise peut avoir ses propres serveurs mais il est courant de passer par un prestataire spécialisé pour cela car ils sont mieux équipés et compétents.

La comptabilisation des dépenses d’hébergement de site web peut être effectuée ainsi :

  • on crédite le compte 401 « Fournisseurs » pour le montant TTC de la facture,
  • et on débite les comptes :
    • 613 « Locations »  ou le sous-compte éventuel pour le montant HT des dépenses d’hébergement,
    • et 44566 « TVA déductible sur autres biens et services » pour le montant de la TVA.

Comptabilisation des rédactions de contenu pour le site web

Pour les entreprises qui ont besoin de contenu sur leur site web, il est possible de solliciter des professionnels dont l’activité consiste à rédiger du contenu professionnel lorsqu’il n’est pas possible de gérer cette tâche en interne.

La comptabilisation des dépenses de rédaction de contenu pour un site web peut être effectuée ainsi :

  • on crédite le compte 401 « Fournisseurs » pour le montant TTC de la facture,
  • et on débite les comptes :
    • 604 « Achats d’études et de prestations » ou le sous-compte éventuel pour le montant HT des dépenses de rédaction,
    • et 44566 « TVA déductible sur autres biens et services » pour le montant de la TVA.

A propos de Pierre Facon

Pierre Facon
Pierre FACON - Webmaster de Compta-Facile, site d'information sur la comptabilité rattaché au réseau FCIC-MEDIA.

20 commentaires

  1. Bonjour,

    pourquoi ne pas tous mettre en 623 car après tout le but de tout cela est bien publicitaire no ?

    ps :merci pour ce site et le travail que vous faites!!!

    • Et bien parce que certaines des dépenses exposées ci-dessous ne constituent pas de la publicité. Par exemple, la location d’un hébergement consiste à louer une place sur un serveur avec pour but de stocker les fichiers de votre site et votre base de données, par de faire de la publicité.

  2. Bonjour à tous,

    Merci pour les informations utiles que vous nous apportez.
    Ma préoccupation est de savoir comment se fait la comptabilité d’une régie publicitaire?

    • Bonjour,

      Ce n’est pas l’objet de cet article et c’est un peu long à expliquer, demandez à votre comptable de vous aider à mettre cela en place.

  3. Bonjour

    Je me permets de revenir vers vous en ce qui concerne la tva, par ex pour la facture de pub Google, ne faut t il pas autoliquider la tva ? en 445663 et contrepartie 445210 ?

    merci de votre retour

    • Thibaut Clermont

      Bonjour,
      Oui, tout à fait, dans la mesure où Google est établi en Irelande et que vous êtes redevable de la TVA, vous devez autoliquider celle-ci dans vos comptes et sur vos déclarations de TVA (TVA à charge du preneur). Au niveau des comptes à utiliser pour la TVA collectée intracommunautaire, le PCG prévoit le compte 4452 « TVA due intracommunautaire ». Pour ce qui est de la TVA déductible intracommunautaire, vous pouvez utiliser celui qui vous semble le plus adapté (de mémoire, j’utilisais un compte 445669 par exemple). Bonne journée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

      • et tant qu’on y est : sur la facture établie pour le client, y a-t-il la TVA sur l’achat Adwords ?
        merci

        • Thibaut Clermont

          Bonjour,
          Si j’ai bien compris, votre question concerne une refacturation de frais (Google Adsense) à un de vos clients ? Pour résumer : vous achetez des crédits Google Adwords au nom et pour le compte de vos clients ?
          Votre client est-il assujetti à la TVA française ?
          Ces dépenses sont-elles traitées comme des débours dans votre comptabilité ?

          • Bonjour
            C’est tout à fait cela. Le client est assujetti à la TVA Française; le client paie d’avance le montant Adwords qui est alloué. De ce que j’en comprends, ce ne sont pas de débours.
            Merci

          • Thibaut Clermont

            Et c’est donc vous qui achetez les crédits à Google et qui les refacturez à votre propre client ? La facture Google est à votre nom ?
            Dans ce cas, à mon sens, il convient de facturer la TVA française à votre client final sur les crédits Google refacturés, et ce même si Google ne vous a pas facturé de TVA (cette refacturation ne posera pas de problème étant donné que votre client final est en mesure de la récupérer, étant assujetti et redevable). Je vous invite toutefois à faire valider cela par votre Expert-Comptable. Bonne journée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

  4. Bonjour et bravo pour la qualité constante de votre travail.
    J’y ai recours depuis quelques semaines et c’est salutaire à plus d’un titre.

    Mais trêve de flatteries…

    Salarié je ne me souciais pas des enregistrements comptables pour les ventes de prestations internet de la webagency où je bossais.

    Mais chef d’entreprise désireux de faire sa compta seule (avec simple révision en fin d’exercice pour édition du bilan), je me dois de ventiler au mieux mes prestations.

    Quels comptes de produits utiliser pour :

    – refacturation nom de domaine (751 ?)
    – refacturation des hébergements sur serveurs
    – cahier des charges, études et recherches préalables (705 ?)
    – création du site (tout en 706 ? où faut-il détailler suivant ce qu’on y met : base de données, partie graphique, rédaction de contenu, intégration, …)
    – référencement naturel (j’ai pris bonne note des précédents commentaires pour la partie Adwords)
    – contrat de maintenance préventive et curative (706 ?)

    Dans le 706 qui semble être un fourre tout pour les prestations de service, y a t-il intérêt à créer des sous compte pour segmenter les presta et analyser les résultats ?

    Je vous remercie d’avance et vous souhaite bien entendu tout plein de bonnes choses pour cette nouvelle année.

    • Thibaut Clermont

      Bonjour. Merci pour vos encouragements et pour vos vœux. Nous vous souhaitons également une excellente année 2015.
      Pour répondre à votre dernière question, la dissociation des prestations n’a d’intérêt que vous si vous souhaitez analyser et exploiter les chiffres qui en ressortent (analyse de la rentabilité tâche par tâches). Mais cela suppose un travail assez important. Vous pourrez également utiliser la comptabilité analytique (vous utilisez un compte 706 et vous ventilez ensuite les sommes dans des axes analytiques préalablement créés et paramétrés). Autrement, sur le plan fiscal ou comptable, cette dissociation ne présente pas de caractère obligatoire. Vous pouvez tout à fait suivre vos affaires de manière extra-comptable en vous constituant vos propres outils de gestion et de pilotage (sur des tableurs Excel par exemple).
      Ensuite, concernant les comptes de produits (compte 751-705-706 etc.), tout dépend de l’objet social de votre société et de la nature des recettes facturées. Les prestations de services correspondant à l’activité principale pourront effectivement être comptabilisées dans le compte 706 « Prestations de services ». Les prestations ayant un caractère accessoire ou exceptionnel pourront être enregistrées dans une subdivision du compte 708 « Produits des activités annexes ». Enfin, si la facturation concerne des débours (frais que vous supportez et que vous refacturez à votre client), il existe plusieurs traitements comptables :
      – Refacturation des débours à l’euro près : il est déconseillé de les comptabiliser dans un compte de produits car ils viendront gonfler « artificiellement » votre chiffre d’affaires. Vous pouvez avoir recours à un compte 467 (il sera débité lorsque vous achetez la prestation et crédité lorsque vous la refacturez – le tout en somme TTC, ce sera le client final qui récupérera la TVA) ;
      – Refacturation des débours selon un forfait : vous n’avez pas le choix, il faut comptabiliser les sommes en compte de classe 7 et soumettre les sommes à la TVA (dans les conditions de droit commun).
      J’espère avoir répondu à vos questions. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

  5. Merci pour votre retour rapide. Voilà qui m’apporte des confirmations et des précisions.
    Il ne me reste plus qu’à mettre ça en application… Cordialement.

  6. Bonjour. Quel compte utiliser pour les achats de services Internet, téléphoniques que l’on va revendre ? .Merci beaucoup.

    • Thibaut Clermont

      Bonjour. Ces frais Ont-il la nature de débours (dépenses engagées pour le compte et au nom d’une autre personne et qui seront refacturées pour leur montant exact) ? Si oui, il convient de les comptabiliser en compte de tiers (compte 467) sans récupérer la TVA , et non en compte de charges/produits. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

  7. Bonjour,
    J’ai un doute sur un enregistrement comptable, pouvez-vous m’aider s’il vous plaît ? J’ai un site internet de vente par correspondance. Je passe par Amazon et Cdiscount afin de vendre plus d’articles, je saisie moi-même les articles, etc … Dans quel compte de charges dois-je enregistrer les factures d’abonnement mensuel ? Merci d’avance.

    • Thibaut Clermont

      Bonjour,
      Concernant l’abonnement mensuel, celui-ci doit être comptabilisé dans un compte de charges externes (61-62). Vous pouvez, à mon sens, utiliser un compte 623 « Publicité, publications, relations publiques » ou un compte 628 « Divers ». S’agissant des commissions prélevées sur les ventes effectuées via ces sites, il convient de les comptabiliser au débit du compte 6222 « Commissions et courtages sur ventes ». Bonne journée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

  8. Bonjour,

    Merci pour votre réponse, J’ai bien mis les commissions en 6222. Pour l’abonnement je vais le mettre en 628100 en indiquant comme libellé abonnement site internet.
    Merci
    Bonne journée

  9. Bonjour M. Thibaut Clermont,

    J’aimerais savoir si la loi française limite le nombre d’écritures comptables.

    • Thibaut Clermont
      Thibaut Clermont

      Bonjour,
      Non, pas à ma connaissance. En revanche, certains logiciels comptables le font. Il convient d’être vigilant à l’offre que vous allez éventuellement souscrire.
      Bonne journée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*


*