Vous êtes ici : Accueil » Base de la comptabilité » Principes comptables » La notion de débit en comptabilité

La notion de débit en comptabilité

Le débit est une notion fondamentale de la comptabilité. Il indique une opération sur un compte et doit être utilisé dans certains cas. Compta-Facile fait le point sur la notion de débit en comptabilité : qu’est-ce qu’un débit ? Comment fonctionne-t-il ?

le debit en comptabilite

Qu’est-ce qu’un débit en comptabilité ?

Initialement, le terme « débit » signifiait « ce qui est dû ». Il s’agissait, autrement dit, d’une dette. Mais cette définition était trop restrictive puisqu’elle ne reflétait le sens réel de ce terme. Pour comprendre ce qu’est un débit, il faut tout d’abord appréhender la notion de comptabilité en partie double. Un des objectifs de la comptabilité est de traduire en termes monétaires l’ensemble des flux d’une entreprise.

Un débit peut traduire un appauvrissement ou un enrichissement définitif ou temporaire d’une entreprise.

Comment les opérations sont-elles traduites en comptabilité ?

Le système comptable utilisé par les entreprises française repose sur un principe très important : la comptabilité en partie double. Toutes les opérations et les transactions réalisées au sein d’une entreprise font naître des flux internes et externes qui sont regroupés dans des comptes. On y distingue les comptes de bilan des comptes de gestion.

A l’intérieur de chaque compte figurent deux colonnes : une colonne « débit » et une colonne « crédit« . Chaque colonne est indépendante : le débit figure à gauche tandis que le crédit figure à droite (il s’agit là d’une convention). Voici un exemple de compte en « T » :

512 : Banque

Libellé Débit Libellé Crédit
Libellé 1

Libellé 3

Libellé 2

Total

Total

Chaque ligne contenue dans un compte (ici, « libellé 1 », « libellé 2 », et « libellé 3 ») appartient à une écriture qui a été comptabilisée dans un document appelé journal. Une écriture comptable est un enregistrement dont l’objectif est de traduire les flux financiers générés par une opération donnée. Dans celle-ci, il doit au moins y avoir un compte mouvementé au débit et un autre compte mouvementé au crédit (dans la plupart des cas, ce compte est différent). Une même opération peut également cumuler plusieurs débits et plusieurs crédits mais pour chaque écriture comptable traduisant une opération, le total des débits doit être égal au total des crédits. La procédure d’enregistrement est appelée saisie comptable. Voici un exemple d’écriture comptable :

Date Numéro de pièce Compte Libellé de l’opération Débit Crédit
 01/06/N  001  401  Fournisseurs  120,00
01/06/N  001  445661  TVA déductible  20,00
01/06/N  001  607  Achats de marchandises  100,00

Comment fonctionne un débit dans un compte en comptabilité ?

Un compte fournit une représentation synthétique et numérique des augmentations ou des diminutions traduites en valeurs monétaires ayant affecté un élément du patrimoine de l’entreprise ou son résultat. La logique de fonctionnement d’un débit est différente selon qu’il se rapporte à un compte de gestion (comptes des classes 6 et 7 du PCG) ou à un compte de bilan (comptes des classes 1 à 5 du PCG).

Au sein même de ces types de compte, il convient de distinguer :

  • dans les comptes de bilan : les comptes d’actif et de passif,
  • dans les comptes de gestion : les comptes de produits et de charges.

Débiter un compte d’actif

Les comptes d’actif représentent principalement les biens et les créances que détient une entreprise. Il s’agit notamment de ses investissements appelés immobilisations, de ses stocks, de ses créances clients, de ses créances diverses (État, organismes sociaux et autres), de ses disponibilités en banque et en caisse, de ses placements financiers à court termes, ainsi qu’un poste particulier dénommé « charges constatées d’avance ».

Par référence au plan comptable général (PCG), il s’agit :

  • du compte 109 ;
  • des comptes de la classe 2 (à l’exception des comptes 269, 279, 28 et 29) ;
  • des comptes de la classe 3 (à l’exception des comptes 39) ;
  • du compte 409, des comptes 41 (à l’exception du compte 419), 4287, 4387, 441, 4487, 462, 465 ,4687 et 486 ;
  • des comptes de la classe 5 (à l’exception des comptes 509, 5181, 519 et 59).

⇒ Débiter un compte d’actif revient à constater une augmentation de ce compte.

Débiter un compte de passif

Les comptes de passif recensent essentiellement les capitaux propres d’une entreprise ainsi que ses dettes. Ils comprennent le capital social, les réserves, les provisions, les provisions réglementées, les dettes fournisseurs, les dettes fiscales, les dettes sociales, les dettes financières et assimilés, les découverts bancaires et les produits constatés d’avance.

Il s’agit des comptes suivant du PCG :

  • des comptes de la classe 1 (excepté le compte 109) ;
  • des comptes 269, 279, 28 et 29 (les comptes 28 et 29 ne figurent toutefois pas au passif mais en moins de l’actif, dans une colonne séparée) ;
  • des comptes 39 (qui figurent également en moins de l’actif dans une autre colonne) ;
  • des comptes 40 (à l’exception du compte 409), 42 (à l’exception du compte 4287), 43 (à l’exception du compte 4387), 44 (à l’exception des comptes 441 et 4487), des comptes 46 (à l’exception des comptes 462 et, 465 et 4687) et du compte 487 ;
  • des comptes 509, 5181, 519 et 59 (le compte 59 figure en moins de l’actif).

⇒ Débiter un compte de passif revient à constater une diminution de ce compte.

Débiter un compte de charges

Les comptes de charges comprennent l’ensemble des biens et services qui, une fois utilisés par l’entreprise, vont disparaître lors du premier usage. Il s’agit des comptes de la classe 6 du plan comptable général. Pour une définition plus complète : qu’est-ce qu’une charge ?

⇒ Débiter un compte de charges revient à constater une augmentation de ce compte.

Débiter un compte de produits

Les comptes de produits représentent toutes les ressources mises à la disposition d’une entreprise qui n’auront pas à être remboursées par celle-ci. Ils sont regroupés au sein de la classe 7 du plan comptable général. Pour une définition plus complète : qu’est-ce qu’un produit ?

⇒ Débiter un compte de produits revient à constater une diminution de ce compte.

A propos de Thibaut Clermont

Thibaut Clermont
Thibaut CLERMONT, mémorialiste en expertise-comptable et webmaster de Compta-Facile, site d'information sur la comptabilité rattaché au réseau FCIC-MEDIA.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*


*