Vous êtes ici : Accueil » Base de la comptabilité » Principes comptables » Le plan des comptes en comptabilité : classe 1 à 8

Le plan des comptes en comptabilité : classe 1 à 8

Le plan comptable général définit le plan des comptes que doivent respecter toutes les entités obligées de tenir une comptabilité, qui est scindé en plusieurs catégories de comptes allant de la classe 1 à 8.

Les comptes de la classe 1 à 5 correspondent aux comptes de bilan, les comptes de la classe 6 et 7 correspondent au comptes de charges et de produits (que l’on retrouve dans le compte de résultat) et les comptes de classe 8 sont des comptes spéciaux.

Le plan des comptes

Les comptes de bilan : classe 1 à 5

Les comptes de classe 1 à 5 figurent dans le bilan comptable, qui traduit la situation patrimoniale de l’entreprise. Les soldes de ces comptes sont reprise lors de l’ouverture d’un nouvel exercice via les écritures de report à nouveau.

Voici une présentation en 5 parties des comptes de classe 1 à 5.

Les comptes de classe 1 : capitaux

Les comptes de classe 1 correspondent aux capitaux de l’entreprise. On y retrouve :

  • Les capitaux propres qui figurent en haut au passif du bilan. Les capitaux propres comprennent notamment le capital social (compte 101), le compte de l’exploitant (compte 108), le bénéfice de l’exercice (compte 120) ou la perte (compte 129), les report à nouveaux (comptes 11), les réserves (comptes 106), les subventions d’investissement (comptes 13) et les provisions réglementées (comptes 14) ;
  • Les emprunts et dettes assimilées qui figurent dans les dettes financières au passif du bilan. Ils sont enregistrés dans les comptes de classe 16 ;
  • Les autres fonds propres qui figurent entre les capitaux propres et les dettes financières. Les autres fonds propres comprennent le montant des émissions de titres participatifs, les avances conditionnées et les droits du concédant ;
  • Les provisions pour risques et charges enregistrées dans les comptes de classe 15 ;
  • Les dettes rattachées à des participations enregistrées dans les comptes de classe 17 ;
  • et les comptes de liaison enregistrées dans les comptes de classe 18.

Les comptes de classe 2 : immobilisations

Les comptes de classe 2 correspondent aux immobilisations : immobilisations incorporelles, corporelles et financières. On y retrouve également les amortissements et les provisions liées aux immobilisations.

Les immobilisations figurent en haut de l’actif du bilan comptable et sont décomposées en 3 parties : l’actif brut (valeur d’entrée des immobilisations), les amortissements et provisions, l’actif net (actif brut – amortissement et provisions).

Les 4 principaux postes au niveau des immobilisations sont les suivants :

  • Les immobilisations incorporelles sont enregistrées dans les comptes 20, ils correspondent à tous les actifs sans substance physique ou financière : logiciels, marques, frais d’établissement, fonds de commerce… ;
  • Les immobilisations corporelles sont enregistrées dans les comptes 21, ils correspondent aux actifs physiques de l’entreprise : immeuble, gros outillage, matériel de transport, machines… ;
  • Les immobilisations financières sont enregistrées dans les comptes 26 et 27, ils correspondent aux participations financières de l’entreprise (titres de participation), aux prêts, aux dépôts et aux cautionnements ;
  • Les amortissements et les dépréciations liées aux immobilisations sont enregistrées dans les comptes 28 et 29, ils viennent diminués le montant de l’actif net.

On retrouve également dans les immobilisations :

  • Les immobilisations mises en concession dans les comptes 22, à utiliser par les entreprises qui mettent  en concession des biens inscrits en immobilisation ;
  • Les immobilisations en cours dans les comptes 23, à utiliser lorsque l’entreprise dispose d’une immobilisation qui n’est pas encore terminée à la clôture de l’exercice ;
  • Et les parts dans des entreprises liées et créances sur des entreprises liées dans les comptes 25.

Les comptes de classe 3 : stocks et en-cours

Les comptes de classe 3 regroupent les stocks et les en-cours de l’entreprise à la clôture de l’exercice, on les retrouve à l’actif du bilan en dessous des immobilisations.

On y retrouve principalement :

  • Les stocks de matières premières, enregistrés dans les comptes 31. Ce compte de stock est utilisé par les entreprises de production pour constater les matériaux non encore utilisés ;
  • Les stocks d’autres approvisionnements (matières premières, fournitures consommables et emballages), enregistrés dans les comptes 32 ;
  • Les en-cours de production de biens et de services, enregistrés dans les comptes 33 et 34 ;
  • Les stocks de marchandises, enregistrés dans les comptes 37. Ce compte de stock est utilisé par les entreprises de négoce pour constater les marchandises achetées non encore vendues ;
  • Et les dépréciations de stocks, enregistrées dans les comptes 39.

Les comptes de classe 4 : comptes de tiers

Les comptes de tiers sont utilisés pour enregistrer les créances et les dettes de l’entreprise. Ils peuvent donc figurer aussi bien à l’actif qu’au passif, même si ils ont souvent vocation à figurer soit dans l’un, soit dans l’autre uniquement.

Les comptes de classe 4 comprennent :

  • Les fournisseurs et comptes rattachés, enregistrés dans les comptes 40. On y retrouve principalement les dettes fournisseurs, les acomptes versés et la provision des factures non parvenues à la clôture de l’exercice ;
  • Les clients et comptes rattachés, enregistrés dans les comptes 41. On y retrouve principalement les créances sur les clients, les acomptes reçus et la provision liée aux factures à établir à la clôture de l’exercice ;
  • Le personnel et comptes rattachés, enregistrés dans les comptes 42 et les organismes sociaux, enregistrés dans les comptes 43. On y retrouve essentiellement les dettes de l’entreprise envers ses salariés et les organismes sociaux (Urssaf, retraite…) ;
  • L’état et les autres collectivités publiques, enregistrés dans les comptes 44. On y retrouve les créances et dettes fiscales de l’entreprise : TVA, impôt sur les sociétés, autres impôts et taxes ;
  • Les comptes de groupe et d’associés, enregistrés en 45. C’est dans cette catégorie que figure les comptes courants d’associés ;
  • Les débiteurs et créditeurs divers, enregistrés en 46 ;
  • Les comptes d’attente, enregistrés en 47 ;
  • Les comptes de régularisation, enregistrés en 48 .
  • et les dépréciations des comptes de tiers, enregistrés dans les comptes 49. On y retrouve notamment les dépréciations liées aux comptes clients et aux comptes d’associés.

Les comptes de classe 5 : comptes financiers

Les comptes de la classe 5 enregistrent :

  • les mouvements de valeurs en espèces, chèques, coupons ;
  • les opérations faites en liaison avec les intermédiaires financiers ;
  • et les valeurs mobilières de placement.

Cette catégorie de compte présente la situation de trésorerie de l’entreprise.

Ces comptes sont scindés en plusieurs catégories :

  • Les valeurs mobilières de placement, enregistrées dans les comptes 50. On y retrouve les titres obtenus en plaçant les excédents de trésorerie sur du court terme ;
  • Les banques et établissements financiers, enregistrés dans les comptes 51. C’est dans cette catégorie que l’on retrouve notamment les soldes des comptes bancaires ;
  • Les instruments de trésorerie, enregistrés dans les comptes 52 ;
  • Les caisses, enregistrées dans les comptes 53. Ces comptes sont utilisés lorsque l’entreprise utilise des caisses en magasin notamment ;
  • et les dépréciations liées aux valeurs mobilières de placement, enregistrées dans les comptes 59.

On retrouve aussi les régies d’avance et accréditifs en compte 54 mais on les rencontre très rarement.

Les comptes de charges et de produits : classe 6 et 7

Les comptes de classe 6  et 7 figurent dans le compte de résultat de l’entreprise. Le compte de résultat traduit la performance économique de l’entreprise sur un exercice.

Contrairement aux comptes de bilan, les comptes de charges et de produits ne concernent qu’un seul exercice comptable, la différente entre le total des comptes 6 et 7 à la clôture de l’exercice constituant le résultat. A l’ouverture de l’exercice suivant, les soldes de ces comptes sont remis à zéro.

Les comptes de classe 6 : comptes de charges

Les comptes de charges sont divisés en plusieurs catégories :

  • Les achats et variation de stocks, enregistrés dans les comptes de classe 60. C’est ici que l’on retrouve les achats de marchandises pour les entreprises de négoce et les achats de matières premières pour les entreprises de production. C’est après avoir déduit les comptes de classe 60 du chiffre d’affaires que l’on obtient la marge de l’entreprise ;
  • Les services extérieurs, enregistrés dans les comptes de classe 61. On y retrouve notamment les dépenses de sous-traitance, de location et crédit-bail, d’entretien et d’assurance ;
  • Les autres services extérieurs, enregistrés dans les comptes de classe 62. On y retrouve notamment les dépenses de personnel pris en intérim, les honoraires, la publicité, les frais de transport et de déplacement, les frais postaux et de télécommunication et les frais bancaires ;
  • Les impôts, taxes et versements assimilés, enregistrés dans les comptes de classe 63. On y comptabilise notamment la taxe d’apprentissage, la taxe sur les salaires, la participation des employeurs à la formation, la contribution économique territoriale, la TVS et la C3S ;
  • Les charges de personnel, enregistrées dans les comptes 64, avec les rémunération brutes et les charges patronales ;
  • Les autres charges de gestion courante, enregistrées dans les comptes 65 ;

La somme des charges enregistrées dans les comptes 60 à 65 correspond aux charges d’exploitation.

  • Les charges financières, enregistrées dans les comptes 66. On y retrouve notamment les intérêts d’emprunts, les escomptes accordés et les pertes de change ;
  • Les charges exceptionnelles, enregistrées dans les comptes 67 ;
  • Les dotations aux amortissements, aux dépréciations et aux provisions, enregistrées dans les comptes 68. C’est dans cette catégorie de compte que l’on retrouve la charge d’amortissement de l’année liée aux éléments d’actif ;
  • et l’impôt sur les bénéfices et la participation des salariés, enregistrés dans les comptes 69.

Les comptes de classe 7 : comptes de produits

Comme les comptes de charges, les comptes de produits sont également divisés en plusieurs catégories :

  • Les ventes et les prestations de services, enregistrées dans les comptes 70. Cette catégorie correspond au chiffre d’affaires de l’entreprise ;
  • La production stockée, enregistrée dans les comptes 71. Il s’agit ici de la variation entre l’ouverture et la clôture de l’exercice du stock de produits fabriqués par l’entreprise ou en cours de fabrication ;
  • La production immobilisée, enregistrée dans les comptes 72. On y retrouve la production que l’entreprise conserve en vue de son immobilisation (construction d’un bâtiment par exemple) ;
  • Les subventions d’exploitation, enregistrées dans les comptes 74. On y comptabilise les subventions que reçoit l’entreprise pour compenser une insuffisance de produits d’exploitation ou pour faire face à des dépenses d’exploitation ;
  • Les autres produits de gestion courante, enregistrés dans les comptes 75 ;

La somme des produits enregistrés dans les comptes 70 à 75 correspond aux produits d’exploitation.

  • Les produits financiers, enregistrés dans les comptes 76. C’est dans cette catégorie de compte que l’on enregistre notamment les produits de participation (les dividendes reçus par l’entreprise par exemple), les escomptes obtenus et les gains de change ;
  • Les produits exceptionnels, enregistrés dans les comptes 77 ;
  • Les reprises sur amortissements, dépréciations et provisions, enregistrées dans les comptes 78 ;
  • Et les transferts de charges, enregistrés dans les comptes 79. Ces comptes permettent de modifier l’allocation de certaines charges d’un exercice qui ne correspondent pas forcement aux coûts des ventes de cet exercice.

Les comptes spéciaux : classe 8

On y retrouve :

  • Les comptes d’engagements, enregistrés en 80, qui comptabilisent les droits et obligations susceptibles de modifier le montant ou la consistance du patrimoine de l’entité ;
  • Le résultat en instance d’affectation, enregistré dans le compte 88 ;
  • et les comptes 890 « Bilan d’ouverture » et 891 « Bilan de clôture », qui peuvent être utilisés pour la réouverture et la clôture des comptes de l’exercice.

A propos de Pierre Facon

Pierre Facon
Pierre FACON - Webmaster de Compta-Facile, site d'information sur la comptabilité rattaché au réseau FCIC-MEDIA.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*


*