Vous êtes ici : Accueil » Écritures comptables » Les produits » Les produits financiers (comptes 76)

Les produits financiers (comptes 76)

En comptabilité, les revenus liés à la gestion financière d’une entreprise doivent être distingués de ceux issus de la gestion courante relevant de l’activité normale de celle-ci.

Ainsi, l’ensemble de ces produits financiers doivent être comptabilisés en classe 76. Il peut s’agir des revenus des actions et parts sociales, des dividendes, des intérêts de produits financiers ou encore des produits de cession.

1. Les produits de participations (compte 761)

A. Les revenus des titres de participation (compte 7611)

Lorsque l’entreprise détient des titres qu’elle souhaite conserver durablement, elle doit les enregistrer en compte d’immobilisations financières et plus particulièrement en titres de participation (compte 261). Ces titres peuvent donner lieu à rémunération (sous forme de dividendes par exemple). Cette dernière doit être enregistrée au crédit du compte 7611 « revenus des titres de participation ».

B. Les revenus des créances rattachées à des participations (compte 7617)

Toute entreprise peut consentir à d’autres sociétés, dans lesquelles elle détient une participation, des avances ou prêts (qui doivent être comptabilisés en compte 267). Ces prêts doivent donner lieu à rémunération, selon un taux convenu entre les parties mais qui ne doit léser aucune d’entre elles. Le produit de cette rémunération doit être porté dans le compte 7617 « revenus des créances rattachées à des participations ».

2. Les produits des autres immobilisations financières (compte 762)

A. Les revenus des titres immobilisés (compte 7621)

Lorsque des immobilisations financières ne sont pas considérées comme des titres de participation, tous les revenus qu’elles génèrent doivent être enregistrés en 7621 « revenus des titres immobilisés ».

B. Les revenus des prêts (compte 7624)

Une entreprise détenant des titres financiers peut les prêter à un autre organisme. Les intérêts correspondant à la rémunération du prêt (y compris les revenus conférés par les titres) doivent être enregistrés au crédit du compte 7624 « revenus des prêts ».

Les intérêts de prêts consentis au personnel de l’entreprise doivent également être portés au crédit de ce compte. Attention au formalisme à respecter, notamment en matière de déclaration des prêts. Les montants prêtés doivent figurer au débit du compte 274 « prêts ».

C. Les revenus des créances immobilisées (compte 7627)

Les intérêts générés par les créances diverses enregistrés en compte 2761 « autres créances immobilisées » doivent être enregistrés en 7627 « revenus des créances immobilisées ».

3. Les revenus des autres créances (compte 763)

Un fournisseur peut accorder à son client un délai de paiement supérieur à celui prévu dans ses conditions générales de vente. Il accorde donc une sorte de crédit à son client. Ainsi, le surplus de prix représentant la rémunération de ce service doit être comptabilisé en compte 7631 « revenus des créances commerciales ».

Les pénalités pour paiement tardif et indemnité forfaitaire pour frais de recouvrement perçues par un fournisseur doivent également être comptabilisées dans ce compte.

Les revenus des autres créances non affectables doivent être enregistrés au débit du compte 7638 « revenus des autres créances ».

4. Les revenus de valeurs mobilières de placement (compte 764)

Les placements à court terme peuvent être générateurs de revenus (intérêts par exemple). Ces derniers doivent être comptabilisés en compte 764 « revenus de valeurs mobilières de placements ». A titre d’information (liste non exhaustive), il peut notamment s’agir des intérêts perçus pour la souscription de :

  • Bons de caisse à court terme
  • Dépôts à terme en banque (uniquement lorsque les fonds peuvent être débloqués, c’est-à-dire dans le cas où le placement est enregistré en compte 512). Dans l’hypothèse où dépôt est bloqué, il doit figurer en compte 276 « autres créances immobilisées » et les revenus qu’il génère doivent être enregistrés en compte 7627 « revenus des créances immobilisées »
  • Compte à terme (dans les mêmes conditions que les dépôts à terme)

5. Les escomptes obtenus (compte 765)

Lorsqu’elle le mentionne dans ses conditions générales de ventes, une entreprise peut accorder à son client une réduction de prix pour paiement anticipé. Cette réduction s’appelle un escompte. Il doit être enregistré en compte de produits financiers puisqu’il est considéré comme un moyen de financement (n’étant accordé que sur la base d’un délai de paiement, il ne relève pas de l’exploitation normale est courante de l’entreprise).

Le compte 765 doit être utilisé lorsque l’escompte est obtenu, c’est-à-dire lorsque l’entreprise paie une facture fournisseur de manière anticipée et qu’elle bénéfice, à ce titre, d’une réduction de prix. Lorsque l’escompte est accordé (l’entreprise reçoit le paiement anticipé d’un de ses clients), elle doit l’enregistrer au débit du compte 665.

6. Les gains de change (compte 766)

Une entreprise peut réaliser des transactions commerciales à l’étranger (achat ou vente). Lorsqu’elle vend ou achète des biens ou des prestations de services venant de l’étranger (dans une devise autre que l’euro, tel que le dollars US, la livre sterling ou le franc suisse par exemple) et qu’elle ne bénéficie pas d’une couverture de change particulière, elle est soumise à un risque de variation du cours de la monnaie appelé taux de change. Ce risque peut être au désavantage de l’entreprise ; elle subit une perte de change, qui est expliquée dans notre article : les charges financières (comptes 66).

Mais cela peut également varier au bénéfice de l’entreprise :

  • Lors d’un achat à l’étranger : le cours de l’euro s’est dégradé par rapport à celui en vigueur lors de la date de facture et comparé à celui de la devise. Il faut « moins d’euros que prévus » afin de payer la facture étrangère
  • Lors d’une vente à l’étranger : le cours de l’euro a augmenté par rapport à celui lors de l’émission de la facture. L’entreprise recevra ainsi « plus d’euros que prévus » de la part de son client.

Ces produits sont des gains de change à enregistrer au crédit du compte 766. Ces règles ne valent qu’en cas d’absence de couverture de change

7. Les produits nets sur cessions de VMP (compte 767)

Les entreprises peuvent détenir des valeurs mobilières de placement (couramment appelées VMP). Ce sont des titres acquis par une société qui ne souhaite pas les conserver à long terme. Ces derniers sont assimilés à des liquidités disponibles très rapidement.

Lorsqu’une entreprise vend ses VMP et qu’elle dégage un profit (la valeur de revente est plus élevée que la valeur d’achat), elle réalise un gain qu’elle doit comptabiliser au crédit du compte 767.

8. Les autres produits financiers (compte 768)

Ce compte comprend notamment les intérêts de comptes courants (qu’ils soient perçus par une entreprise ou courus, c’est-à-dire acquis mais non versés) lorsqu’un apport a été consenti à une société et que ce dernier fait l’objet d’une rémunération.

A propos de Thibaut Clermont

Thibaut Clermont
Thibaut CLERMONT, mémorialiste en expertise-comptable et webmaster de Compta-Facile, site d'information sur la comptabilité rattaché au réseau FCIC-MEDIA.

4 commentaires

  1. Bonjour,
    Je voudrais savoir le montant que nous a rembourse RSI (entreprise individuelle), on l’enregistre dans quelle compte?
    Merci d’avance

    • Thibaut Clermont

      Bonjour,
      Nous avons rédigé un article sur Compta-Facile consacré à la comptabilisation des cotisations RSI.
      Dans votre cas, s’agissant d’une entreprise individuelle, vous pourrez utiliser le compte 6464 « RSI » pour la partie des cotisations sociales (si le chef d’entreprise est commerçant), le compte 637810 pour la fraction de CSG déductible et le compte 108 pour la fraction de CSG non déductible et la CSG.
      Si le chef d’entreprise relève des professions libérales ou de l’artisanat, il faudra décomposer les cotisations sociales entre les cotisations d’allocations familiales (6463 « URSSAF »), les cotisations maladie-maternité (6461 « Maladie »), les cotisations retraite de base-retraite complémentaire (6462 « Vieillesse ») et la CSG/CRDS.
      En espérant avoir répondu à votre question.
      Cordialement,
      Thibaut CLERMONT.

  2. Bonjour.
    mon employeur a une SARL de famille : 3 associés dont 45% (gérante), 35%(mère) et 20%(père). Le papa est décédé. Ces parts ont été évaluées puisqu’elles sont rachetées pour partie par la gérante pour continuer la société (les formalités sont effectuées par un notaire). J’ai toutefois un doute : dois-je, au bilan du 31.03.2015, passer une provision de rachat de ces parts dans les comptes de la SARL ? ou cela est-il purement personnel pour la gérante ? J’espère m’être bien expliquée. Merci à vous.

    • Thibaut Clermont
      Thibaut Clermont

      Bonjour. Je vous confirme qu’aucune écriture ne doit être enregistrée en comptabilité puisque ces opérations concernent les patrimoines personnels des associés et non celui de la société. Bonne journée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*


*