Vous êtes ici : Accueil » Base de la comptabilité » Travaux comptables » Les situations comptables intermédiaires

Les situations comptables intermédiaires

A la clôture de leur exercice comptable, les entreprises doivent produire des comptes annuels, composés d’un bilan, d’un compte de résultat et d’une annexe. Cependant, sans attendre cette échéance généralement annuelle, elles peuvent également établir en cours d’exercice, une ou plusieurs situations comptables intermédiaires. Dans certains cas, ces situations sont obligatoires.

Véritable outil de gestion, la situation comptable intermédiaire présente de nombreux intérêts.

Situations comptables intermédiaires

1. Définition d’une situation comptable intermédiaire

Une situation comptable intermédiaire peut s’analyser comme un vrai bilan comptable, tel qu’il est établi chaque année mais réalisé cette fois-ci en cours d’exercice (elle peut, comme le bilan annuel, être établie à l’aide d’un Expert-Comptable).

La fréquence de réalisation d’une situation comptable dépend de son objectif et de son destinataire. Elle peut être mensuelle, trimestrielle ou semestrielle.

La situation comptable intermédiaire peut être :

  • Obligatoire

Certaines opérations nécessitent la réalisation de situations intermédiaires, notamment : la distribution d’acomptes sur dividendes ou la réalisation d’augmentation de capital en numéraire plus de 6 mois après la clôture.

  • Facultative

Elle peut être décidée de manière unilatérale par le dirigeant/chef d’entreprise ou lui être imposée par un tiers (une banque par exemple).

2. Les états financiers composant les comptes intermédiaires

Une recommandation du Conseil National de la Comptabilité (CNC) préconise d’insérer les états suivants :

3. Intérêts d’une situation intermédiaire

Une situation comptable intermédiaire peut être initiée :

  • Par un tiers

Une banque peut demander la réalisation d’une situation comptable intermédiaire afin de répondre à une demande de financement d’une entreprise par exemple.

  • Par le chef d’entreprise ou les dirigeants eux-mêmes

Simplement pour savoir « où il en est », le dirigeant d’une entreprise peut demander à son équipe comptable la réalisation d’une situation intermédiaire. Elle représente un outil de gestion permettant d’anticiper au mieux les dérapages de toute nature.

La réalisation d’un bilan intermédiaire peut également être justifiée par un projet de cession de l’entreprise.

Lorsque l’entreprise est tenue d’établir les documents liés à la prévention des difficultés (certaines entreprises employant au moins 300 salariés ou dont le montant net du chiffre d’affaires a atteint les 18 millions d’euros), l’établissement d’une situation comptable intermédiaire semestrielle permet :

  • D’établir rapidement la situation de l’actif réalisable et disponible et du passif exigible
  • D’ajuster simplement le compte de résultat prévisionnel (ajustement devant être effectué entre le 7ème et le 10ème mois de l’exercice, compte tenu des réalisations effectives du premier semestre de l’exercice).

Enfin, la situation comptable intermédiaire représente l’opportunité de préparer le bilan de fin d’exercice (de nombreuses tâches permettent d’anticiper certains travaux effectués lors du bilan annuel, notamment : le lettrage des comptes de tiers, la réalisation de sondage dans les comptes de charges externes etc.).

4. Modalités d’établissement d’une situation comptable intermédiaire

Dans les comptes intermédiaires, il doit être appliqué les mêmes méthodes comptables que celles utilisées dans les comptes annuels. Les principes comptables doivent donc être respectés, citons notamment : le principe d’indépendance des exercices et le principe de permanence des méthodes comptables.

A propos de Thibaut Clermont

Thibaut Clermont
Thibaut CLERMONT, mémorialiste en expertise-comptable et webmaster de Compta-Facile, site d'information sur la comptabilité rattaché au réseau FCIC-MEDIA.

5 commentaires

  1. merci tout a été dit.

  2. Doit-on tenir compte des amortissements lors de l’établissement des situations comptables intermédiaires ? Si oui, comment procède-t-on ? Merci.

    • Thibaut Clermont
      Thibaut Clermont

      Bonjour,
      Oui, bien sur, lors de l’établissement de situations comptables intermédiaires, il est indispensable de calculer et de comptabiliser les dotations aux amortissements des immobilisations corporelles et incorporelles. Vous devez procéder à un calcul soit automatique (grâce à votre logiciel de comptabilité, en le bornant à une date précise ; certains logiciels proposent même une intégration automatique dans la comptabilité) soit manuelle (en fonction du type d’amortissement et du nombre de jours écoulés). Voici le lien vers un article qui vous aidera à calculer le montant des amortissements. Vous pourrez créer un journal spécialement dédié à cet effet. Bonne journée. Cordialement. Thibaut CLERMONT.

  3. Bonjour,
    une situation comptable peut-elle être signée et assumée par un dirigeant seul (à l’occasion d’un changement de Présidence, pour une association loi 1901), ou est-elle nécessairement validée par un comptable/expert professionnel pour avoir une valeur légale?
    Merci d’avance de votre réponse,
    Bien cordialement,
    Adrien Bruschini

    • Thibaut Clermont

      Bonjour,
      Le dirigeant peut effectivement signer une situation comptable. L’intervention d’un expert-comptable n’est nécessaire que dans la mesure où le destinataire de la situation comptable intermédiaire l’exige (les banques peuvent l’exiger en cas de financement par exemple).
      Bonne journée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*


*