Comment amortir le mobilier ? Notamment pour les loueurs en meublé !

Le mobilier étant donné son usage est un bien immobilisable qui doit respecter le principe d’amortissement. Compta-Facile vous explique : qu’est-ce que le mobilier ? Quelle est sa nature et sa durée d’amortissement ? Autant de questions sensibles pour le bailleur immobilier qui a fait le choix de louer en meublé. L’amortissement du mobilier participe à l’optimisation de ses revenus immobiliers.

Amortissement du mobilier

Qu’est-ce que le mobilier ?

Couramment, le mobilier représente les biens meubles servant à l’usage et l’aménagement d’un local professionnel, d’une habitation.

Comptablement, le mobilier est un élément corporel de l’entreprise qui est la plupart du temps immobilisé et donc amorti.

Le mobilier est l’ensemble des biens meubles (une chaise, une commode, des meubles de cuisine, des appareils électroménagers…).

Reste à savoir, comment on le traite en comptabilité !

Le mobilier : une immobilisation ou une charge ?

La notion d’immobilisation est définie par le PCG (plan comptable général) à l’article 211-1-2. Deux éléments permettent d’identifier facilement un bien immobilisable :

  • il doit être utilisable par l’entreprise ou un tiers,
  • et dont l’utilisation s’étale sur plus d’un exercice (année au sens comptable).

En appliquant la définition ci-dessus, on en déduit que le mobilier est une immobilisation compte tenu de son usage.

Si on considère uniquement la définition du PCG, on doit immobiliser une lampe de 20 € HT. Or, il semble dérisoire d’immobiliser un bien d’une telle somme.

C’est pourquoi dans la pratique, un autre moyen d’identification est souvent retenu sans pour autant attenter à la définition du PCG. Il s’agit d’immobiliser uniquement le petit matériel, le petit outillage, le petit matériel de bureau et le petit mobilier de bureau dont la valeur est supérieure à 500 € HT (montant considéré comme significatif). Cette méthode est tolérée fiscalement tant qu’elle reste cohérente avec la définition de l’immobilisation.

En appliquant cette méthode, vous n’êtes pas obligé d’immobiliser la lampe à 20 € HT, vous pouvez la laisser en charges.

L’amortissement du mobilier

Les immobilisations doivent être amorties. L’amortissement a pour but de constater l’usure, la dégradation ou l’obsolescence du bien immobilisé dans le temps. Comptablement, vous devez calculer l’amortissement puis l’enregistrer à la clôture de l’exercice, ce qui permet d’étaler la charge sur plusieurs années.

Si vous souhaitez vous familiariser plus en détails avec la notion d’amortissement, voir l’article : les amortissements en comptabilité.

Point de vigilance pour les loueurs en meublé

Pour les propriétaires de biens immobiliers en location meublée (LMNP par exemple), le poste mobilier est habituellement assez conséquent.

Il peut être pertinent d’immobiliser un bien meuble dont le montant est considéré comme non significatif (< 500 €).

En effet, si vous passez ce montant en charges sans l’immobiliser votre résultat sera instantanément diminué et votre impôt aussi. Cela vous semble certainement séduisant.

Mais en comptabilité, les professionnels raisonnent plutôt sur du long terme, vous avez plus intérêt à étaler cette charge en l’immobilisant. Certes, votre impôt sera moins diminué sur l’année en cours mais il le sera un peu chaque année. Votre imposition s’en trouvera ainsi lissée d’une année à l’autre.

Pour autant, restons cohérent, vous n’immobilisez pas une lampe à 20 € HT, à l’inverse, immobilisez un canapé à 400 € HT.

Suivre vos immobilisations meubles et leurs amortissements est une mécanique fastidieuse, sachez que des experts-comptables familiers de l’immobilier peuvent vous accompagner sur cette problématique.

La durée d’amortissement du mobilier

L’amortissement se calcule en divisant le montant de l’immobilisation par la durée d’amortissement (qui correspond à la durée d’utilisation).

En règle générale, la durée d’amortissement appliquée au mobilier est de 10 ans.

Mais pour le mobilier d’une location meublée, la durée retenue est de 7 ans. L’administration fiscale admet en effet habituellement que l’usage sera plus intensif et donc le renouvellement plus régulier.

Conclusion : le mobilier est composé de biens meubles immobilisables qui s’amortissent généralement sur une durée de 10 ans (7 ans en cas d’utilisation plus fréquente).

Partager

A propos de Lison Jacquet

Avatar
Lison Jacquet, collaboratrice comptable en cabinet d'expertise-comptable depuis 5 ans et rédactrice de Compta-Facile, site d'information sur la comptabilité.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.