Coups de pouce financier : les prêts d’honneur

Entreprendre et créer une entreprise nécessitent, bien souvent, de trouver les fonds nécessaires au lancement de son activité. Si les banques constituent un partenaire financier privilégié, d’autres organismes peuvent soutenir votre projet, via l’octroi de « prêts d’honneur ». De quoi s’agit-il ? Qui peut en bénéficier ? Éléments de réponse.

Apports en capital

Prêts d’honneur : le principe

Le principe

Un « prêt d’honneur » est un crédit qui est accordé au créateur ou au repreneur d’entreprise, que celui-ci s’engage à rembourser « sur l’honneur ».

Un prêt basé sur la confiance

Pour obtenir ce type de prêt, le créateur ou repreneur d’entreprise doit gagner la confiance de l’organisme chargé de son octroi. A cette fin, il doit présenter un projet d’entreprise fiable, comprenant notamment une étude du marché visé et les coûts prévisionnels du lancement de l’activité.

L’atout du « business plan »

Pour cette raison, il peut être précieux d’avoir échafaudé, en amont, un « business plan », qui pourra être présenté à l’appui de la demande de prêt. Véritable traduction financière du projet, cet élément peut être élaboré en lien avec des professionnels (comme des avocats, experts comptables et partenaires financiers), afin d’en accroître la crédibilité.

Prêts d’honneur : les avantages

Avantage 1 : la (quasi) gratuité

Le prêt d’honneur est en principe consenti sans intérêts (ou à un taux moindre que le taux d’emprunt classique), ni garanties (comme par exemple la caution personnelle du dirigeant). Il a donc l’avantage de permettre au créateur ou repreneur d’entreprise de renforcer sa trésorerie, sans avoir à supporter de contrepartie financière.

Avantage 2 : l’effet de levier

L’octroi d’un prêt d’honneur peut avoir un effet de levier important : son caractère gratuit (ou son coût faible) permet aux banques de considérer son montant comme des fonds propres, complétant l’apport personnel du créateur ou du repreneur d’entreprise. Cela peut contribuer à les rendre plus enclines à accorder un emprunt bancaire.

Donc… Bénéficier d’un prêt d’honneur permet de crédibiliser le projet de création ou de reprise d’entreprise, en sécurisant son financement pendant sa phase de démarrage et de développement. Il permet aussi de diversifier les partenaires financiers de l’entreprise.

A noter : Le prêt d’honneur est, en règle générale, accordé à l’entrepreneur lui-même, et non à l’entreprise. Cela le différencie d’une « avance remboursable ».

Prêts d’honneur : pour quels besoins ?

Les besoins financés

Les prêts d’honneur visent à financer les investissements de départ, ainsi que les besoins en fonds de roulement. Pour mémoire, ceux-ci représentent le montant dont a besoin l’entreprise pour régler ses charges courantes dans l’attente du paiement de ses clients.

Le montant du prêt

Le montant du prêt varie en fonction du projet et des besoins de l’entreprise. En principe, il oscille de 2 000 à 9 000 €, voire plus si le projet est particulièrement innovant.

La durée du prêt

Le remboursement du prêt s’étale, en règle générale, sur une durée de 2 à 5 ans.

Prêts d’honneur : un dispositif de « réseaux »

Quels sont les prêteurs ?

Les prêts d’honneurs sont des solutions de financement proposées par des réseaux professionnels distincts des banques.

Il s’agit principalement du Réseau Entreprendre et du réseau Initiative France.

Comment faire sa demande ?

Toute personne qui souhaite obtenir un prêt d’honneur doit prendre contact avec le réseau visé, qui l’accompagnera dans le montage de son projet d’entreprise.

Instruction du dossier

Après dépôt de sa demande de prêt d’honneur, le créateur ou repreneur d’entreprise est auditionné par un jury (qui est en général composé de professionnels, d’avocats, d’experts-comptables, de banquiers, etc.) qui valide, ou non, l’attribution du prêt d’honneur à l’issue de la présentation du projet.

En conclusion, un prêt d’honneur suppose souvent accompagnement !

Obtenir un prêt d’honneur peut vous permettre de consolider votre trésorerie tout en renforçant la confiance de vos partenaires financiers. Véritable « label de confiance », ce dispositif est toutefois subordonné à la fiabilité de votre projet : pour renforcer celle-ci, n’hésitez à vous rapprocher, au préalable, de professionnels !

Sources :

 

Partager

A propos de Editions juridiques - Weblex

Avatar
Weblex, l'information juridique en ligne pour les entrepreneurs.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.