Reprendre une entreprise : 3 conseils pour réussir

Une alternative à la création d’entreprise, reprendre une entreprise existante peut apparaître comme « la » bonne idée à retenir pour bénéficier, entre autres, d’une activité déjà installée et d’une clientèle déjà constituée. Mais choisir cette option peut comporter des risques, notamment si les enjeux liés à sa mise en œuvre ne sont pas suffisamment anticipés. Nos 3 conseils pour réussir votre projet de reprise d’entreprise.

1er conseil : bien définir son projet

Mûrir son projet. Avant de se lancer, vous devez vous interroger sur vos motivations et objectifs. La reprise d’entreprise constitue en effet, au même titre que la création d’entreprise, un véritable défi professionnel et personnel. L’investissement qu’elle requiert nécessite une réelle réflexion d’amont afin de s’assurer que le projet que vous envisagez est en adéquation avec vos aspirations professionnelles et votre vie privée.

Identifier l’activité professionnelle envisagée… Avant de se mettre à la recherche d’entreprise à reprendre, il est primordial de définir le secteur d’activité visé pour évaluer son attractivité et les éventuels bouleversements qu’il peut être amené à connaître.

… et vos propres compétences. Le choix du secteur d’activité visé pose invariablement la question de l’évaluation de vos propres capacités professionnelles : reprendre une activité en marche suppose d’être opérationnel à très court terme afin de ne pas compromettre sa bonne santé financière et sa pérennité. Attention donc à faire un choix conforme à vos compétences.

S’entourer des bonnes personnes. Comme tout projet, le succès d’une reprise d’entreprise repose notamment sur le fait de pouvoir s’appuyer sur des professionnels compétents. Avocats, experts comptables, notaires, … Vous devez impérativement, avant de vous lancer, identifier les personnes « ressources », qui seront à même de vous aider à résoudre les difficultés d’ordre juridique, comptable, économique ou fiscale que vous serez certainement amené à connaître.

Se poser des limites. Envisager de reprendre une entreprise nécessite aussi d’être lucide sur ses propres limites, financières comme professionnelles. Il est donc opportun de valider un « budget de reprise », qui vous permettra d’éviter qu’un « coup de cœur » ne bouleverse démesurément votre équilibre financier.

2ème conseil : chercher (et trouver) la bonne entreprise à reprendre

Activer les réseaux. Une fois votre projet arrêté, vous pouvez vous mettre à rechercher des structures susceptibles de vous convenir. Pour maximiser vos chances de réussite, vous disposez de différents moyens :  bouche-à-oreille familial, amical et professionnel, sollicitation de l’aide d’experts, annonces en ligne ou encore prospection directe auprès d’entreprises cibles.

Identifier le potentiel commercial. Si vous pensez avoir repéré une entreprise qui pourrait vous convenir, vous devez collecter un maximum d’informations à son sujet afin d’évaluer son potentiel commercial. Ainsi, il est nécessaire d’identifier la zone de chalandise de l’entreprise, sa taille, sa clientèle, les technologies qu’elle met en œuvre, son savoir-faire, etc. Plus votre étude sera exhaustive, moins le risque de mauvaises surprises sera élevé.

L’importance de la localisation. L’emplacement de l’entreprise est un facteur sur lequel il est nécessaire de s’attarder. La localisation d’une activité est en effet en lien étroit avec son attractivité, selon des critères variant en fonction de l’activité : proximité des transports en commun, proximité d’un centre urbain, proximité de grands axes routiers, facilité de stationnement, etc. Il est également important d’évaluer la visibilité de l’entreprise auprès des clients comme de la concurrence, et le dynamisme de son environnement. Plusieurs visites de l’entreprise, à différentes heures du jour, peut s’avérer riche d’enseignements.reprendre une entreprise

Faire le point sur la clientèle… Avant tout engagement, assurez-vous d’avoir identifié le profil de la clientèle de l’entreprise que vous envisagez de reprendre, mais aussi sa localisation, aussi appelée « zone de chalandise » : celle-ci peut être primaire, lorsque la clientèle se trouve dans l’entourage immédiat du local (par exemple lorsqu’il s’agit d’un commerce de proximité) ou secondaire lorsqu’elle en est plus éloignée (par exemple pour un commerce spécialisé dans un domaine spécifique). Connaître vos futurs clients vous permettra d’adapter votre approche commerciale à leurs besoins et à leurs envies.

 

…et sur la concurrence ! Renseignez-vous aussi sur la concurrence alentour : combien d’entreprises à l’activité similaire sont implantées dans le même secteur géographique ? Depuis combien de temps ? Quelle est leur situation financière ? Autant de questions qui méritent d’obtenir une réponse : connaître les atouts et les faiblesses de vos futurs concurrents peut vous permettre, à l’avenir, de vous démarquer.

Une astuce. Bpifrance met à votre disposition un pré-diagnostic en ligne, destiné à évaluer la faisabilité de la reprise d’entreprise que vous projetez de réaliser. En renseignant certains critères, vous obtenez la production d’un rapport personnalisé, qui vous permettra d’affiner la viabilité de votre projet.

3ème conseil : passer de la théorie à la pratique

Prendre contact avec le cédant. Si vous estimez avoir trouvé l’entreprise idéale pour votre projet, n’hésitez pas à prendre contact au plus vite avec le chef d’entreprise, afin de vous faire connaître et de commencer à discuter des modalités de la reprise. C’est aussi l’occasion de vous renseigner sur le climat social de l’entreprise, ainsi que sur le degré d’urgence de la cession envisagée.

Focus sur les différents montages juridiques possibles. Il est opportun de faire le point, avec l’aide de professionnels, sur les divers montages juridiques qui s’offrent à vous : cela vous permettra notamment de distinguer la cession du seul fonds de commerce de celle des titres de la société et les conséquences fiscales respectives qui y sont attachées.

Auditer la situation comptable, économique et fiscale. Etape importante, il va aussi être nécessaire d’auditer en profondeur l’entreprise que vous projetez de reprendre, d’un point de vue comptable, économique et fiscal. Là encore, l’aide de professionnels est indispensable.

En conclusion

Prenez le temps d’élaborer votre projet ! Reprendre une entreprise nécessite d’identifier ses points forts mais aussi ses points faibles, afin d’anticiper au mieux les challenges à venir. L’appui de professionnels va s’avérer précieux : prenez soin de vous entourer avant de vous lancer.

Partager

A propos de Editions juridiques - Weblex

Avatar
Weblex, l'information juridique en ligne pour les entrepreneurs.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.