La comptabilisation des dépenses de mécénat (compte 6238 ou 6713)

Les dépenses de mécénat comprennent notamment les dons effectués par les entreprises au profit de certaines œuvres et organismes. Compta-Facile vous propose une fiche sur le traitement comptable des dépenses de mécénat.

Comptabilisation depenses mecenat

 1. Comptabilisation des dépenses de mécénat

Les dons au profit de certaines œuvres et organismes sont comptabilisés soit en charges d’exploitation (lorsqu’ils sont récurrents) soit en charges exceptionnelles (dans le cas contraire) :

  • Au débit du compte 6238 « Divers (pourboires, dons courants…) » ou
  • au débit du compte 6713 « Dons, libéralités« .

Remarque : ne sont pas concernés par ce traitement comptable l’acquisition de trésors nationaux, d’œuvres d’artistes vivant ainsi que les dons en faveur de l’Etat pour l’achat de trésor nationaux.

Les sommes inscrites au débit de l’un de ces comptes ne sont pas déductibles fiscalement, mais elles ouvrent droit, sous condition, à une réduction d’impôt. Elles doivent, par conséquent, être réintégrées de manière extra-comptable sur la liasse fiscale.


Testez SAGE COMPTA & FACTURATION, la solution de gestion en ligne permettant de réaliser ses devis, d'établir ses factures et de tenir sa comptabilité (essai gratuit de 30 jours).

2. Comptabilisation de la réduction d’impôt pour dépenses de mécénat

Les dons ouvrent droit, sous conditions, à une réduction d’impôt de 60% du montant des versements effectués, dans la limite de 5 pour mille du chiffre d’affaires hors taxes de l’entreprise. Lorsque l’entreprise est soumise à l’impôt sur les sociétés, cette réduction d’impôt vient en diminution de l’impôt dû. La fraction éventuelle excédant la limite de 5 pour mille ouvre droit à réduction d’impôt au cours des 5 exercices suivants. La fraction non imputée de la réduction d’impôt peut être utilisée pour payer l’IS dû au titre des 5 exercices suivants (au-delà, la créances est perdue, elle n’est pas restituable). En pratique, les dépenses de mécénat doivent faire l’objet d’un suivi extra-comptable.

Voici l’écriture de comptabilisation de la réduction d’impôt pour dépenses de mécénat dans les entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés :

  • On débite le compte 444 « État – impôts sur les bénéfices »,
  • Et on crédite le compte 695 « Impôts sur les bénéfices ».

Lorsque la réduction d’impôt n’est pas imputée en totalité sur l’impôt dû, la créance figurant dans le compte 444 est apurée au fur et à mesure de son imputation sur l’IS.

Remarque : la constatation d’un produit représentant l’avantage fiscal obtenu au titre d’un exercice est obligatoire s’il est probable que l’entreprise réalisera un bénéfice dans les cinq exercices suivants.

Fiscalement, une déclaration spéciale doit être souscrite. La réduction d’impôt n’est pas imposable. Il conviendra de la déduire extra-comptablement sur la liasse fiscale.

Pour connaître le traitement comptable applicable aux autres composantes de ce compte : la comptabilisation des pourboires.

Conclusion : Les dépenses de mécénat doivent être comptabilisés en charges d’exploitation (compte 6238) ou en charges exceptionnelles (compte 6713) selon leur nature. Elles ouvrent droit à une réduction d’impôt comptabilisée au crédit du compte 695. Elles nécessitent un suivi extra-comptable rigoureux.

Partager
logiciel compta facturation

A propos de Thibaut Clermont

Thibaut Clermont
Thibaut CLERMONT, mémorialiste en expertise-comptable et webmaster de Compta-Facile, site d'information sur la comptabilité rattaché au réseau FCIC-MEDIA.

4 commentaires

  1. Et quid du crédit d’impôt qui n’a pas été utilisé au bout de 5 ans : comment le réintégrer en comptabilité ? On crédite le compte 444 mais quel compte débite-t-on ?

  2. Bonjour. A mon sens, il convient de débiter le compte 695 « État – impôts sur les bénéfices » initialement crédité. Cette réduction d’impôt n’ayant pas été imposée à la base, il conviendra de réintégrer extracomptablement ces sommes. Je vous invite à faire confirmer cela par votre expert-comptable. Bonne fin de journée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

  3. Bonjour,

    Tout d’abord merci pour ce bel article.

    J’ai une question à laquelle je n’ai trouvé aucune réponse à ce jour et j’espère que vous pourrez m’aider (source à l’appui 🙂 ).

    J’ai comptabilisé une réduction mécénat (produit à recevoir) il y’a 5 ans mais je n’ai jamais réussi à l’imputer (perte successive).

    Selon la Doc, cette réduction est définitivement perdue et je dois donc le matérialiser dans les comptes car je ne dois plus avoir cette réduction mécénat à l’actif de mon bilan.

    1ère question : Comment traiter la perte de la réduction mécénat d’un point de vue comptable ? (l’extourne n’est pas très jolie car je n’ai pas d’IS à payer et l’extourne ferrait penser que oui…

    2ième question :

    Comment traiter la perte de la réduction mécénat d’un point de vue fiscal ?

    En effet, la réduction d’impôt n’étant pas imposable (déduction extra-comptable en N-5) je suppose que la constations de la perte de la réduction mécénat (une charge) devrait par symétrie être imposé (et donc réintégrée fiscalement) ? Si oui cela serait une double peine pour mon client qui a déjà réintégrée la dépense qui a fait l’objet de la réduction d’impôt en N-5…

    En vous remerciant par avance pour votre aide,

    Toufik.

  4. Thibaut Clermont

    Bonjour,
    j’avoue ne jamais avoir rencontré ce cas en pratique.
    A mon sens, lorsque la réduction d’impôt est expirée, le solde éventuellement non imputé n’est pas restituable. Vous pouvez donc extourner l’écriture que vous aviez comptabilisée initialement (la créance sera annulé à l’actif du bilan comptable et un compte 69 sera débité en contrepartie).
    Sur le traitement fiscal, je ne trouve aucune précision dans les textes. Je continue mes recherches et reviens vers vous si j’en trouve.
    Bonne soirée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

risus. non sem, ut libero ipsum at nunc consequat. ultricies