Vous êtes ici : Accueil » Écritures comptables » La trésorerie » La comptabilisation d’une lettre de change relevé (LCR)

La comptabilisation d’une lettre de change relevé (LCR)

Les factures clients et fournisseurs peuvent être réglées au moyen d’effets de commerce, dont la lettre de change relevé (LCR). Compta-Facile fait le point sur ce mode de paiement en répondant à la question : comment comptabiliser une lettre de change relevé (LCR) ?

comptabiliser une lettre de change releve lcr

Qu’est-ce qu’une lettre de change ?

Une lettre de change est un effet de commerce par lequel un créancier (appelé le tireur), donne à un débiteur (le tiré), l’ordre de payer à l’échéance fixée, une somme déterminée.

On parle de lettre de change relevé (LCR) lorsqu’elle est établie de manière dématérialisée : un fichier informatique est, dans ce cas, envoyé à la banque au lieu d’un document écrit.

Une lettre de change peut être escomptée. Cette opération représente, à ce titre, un instrument de crédit (même si, dans la pratique, la cession Dailly et l’affacturage demeurent les principales sources de financements dans le domaine).

Comment comptabiliser un paiement par lettre de change relevé (LCR) ?

La lettre de change à payer

Lorsque la lettre de change porte sur une dette fournisseurs, il convient de suivre le traitement comptable suivant :

  • Lors de l’acceptation de la lettre de change
    • On débite le compte 401 « Fournisseurs »,
    • Et on crédite le compte 403 « Fournisseurs – Effets à payer ».
  • Lors du paiement de l’effet
    • On débite le compte 403 « Fournisseurs – Effets à payer »,
    • Et on crédite le compte 512 « Banque ».

A la clôture de l’exercice, tous les effets à échéance immédiate sont soldés par le compte « Banque ». Ceux qui sont à échéance différée demeurent dans le compte 403 et seront soldés au cours de l’exercice suivant.

La lettre de change à recevoir

Lorsque la lettre de change porte sur une créance clients, c’est un traitement comptable quasi-symétrique qui s’applique :

  • Lors de l’acceptation de la lettre de change
    • On débite le compte 413 « Clients – Effets à recevoir »,
    • Et on crédite le compte 411 « Clients ».
  • Lors de l’encaissement de l’effet
    • On débite le compte 512 « Banque »,
    • Et on crédite le compte 413 « Clients – Effets à recevoir ».

Comment comptabiliser un escompte de lettre de change relevé magnétique (LCR) ?

Les lettres de change relevé (LCR) peuvent être remises à l’escompte et constitue un outil de financement (peu utilisé en pratique). L’opération relève alors du droit du crédit bancaire et doit s’analyser, d’un point de vue comptable, comme tel.

Lorsque la LCR magnétique est remise à l’escompte :

  • On débite :
    • Le compte 512 « Banque » pour le montant net des fonds reçus par la banque,
    • Le compte 6275 « Frais sur effets » pour le montant des commissions facturées par la banque,
    • Le compte 661 « Charges financières » pour le montant des intérêts financiers,
  • Et on crédite le compte 5192 « Concours bancaires courants » pour le montant brut de l’effet escompté.

Dès que le client règle la somme qu’il doit :

  • On constate le règlement dans les comptes
    • On débite le compte 512 « Banque »,
    • Et on crédite le compte 411 « Clients ».
  • On enregistre le remboursement du crédit bancaire
    • On débite le compte 5192 « Concours bancaires courants »
    • Et on crédite le compte 512 « Banque ».

Conclusion : un paiement par lettre de change occasionne des écritures comptables particulières et notamment le transfert des sommes concernées à un compte 403 s’il s’agit d’une opération portant sur des dettes fournisseurs ou à un compte 413 si elle concerne des créances clients.

A propos de Thibaut Clermont

Thibaut Clermont
Thibaut CLERMONT, mémorialiste en expertise-comptable et webmaster de Compta-Facile, site d'information sur la comptabilité rattaché au réseau FCIC-MEDIA.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*


*