Vous êtes ici : Accueil » Analyse financière » Analyse du bilan » La trésorerie nette : définition, calcul et intérêt

La trésorerie nette : définition, calcul et intérêt

La trésorerie nette est un indicateur comptable et financier fondamental pour une entreprise. Sa détermination, son analyse et son suivi permettent de pratiquer une gestion efficace des affaires. Compta-Facile s’arrête sur cette notion essentielle : qu’est-ce que la trésorerie nette ? Comment la calculer ? Comment l’interpréter ? Quel est son intérêt ?

tresorerie nette calcul definition interet tn

Qu’est-ce que la trésorerie nette ?

Définition

La trésorerie nette est l’ensemble des sommes d’argent mobilisables à court terme (on parle d’ailleurs de disponibilités à vue). Elle est un indicateur de santé financière d’une entreprise puisqu’elle met vérifie l’équilibre (ou l’absence d’équilibre) de sa structure financière.

Lien avec le besoin en fonds de roulement et le fonds de roulement

La trésorerie nette est étroitement liée à deux notions fondamentales que sont le fonds de roulement net global et le besoin en fonds de roulement. Tous ces indicateurs se calculent depuis un état financier particulier : le bilan comptable.

Pourquoi calculer la trésorerie nette ?

La trésorerie nette est essentielle pour une entreprise. Elle doit être déterminée :

  • en amont en phase de pré-création ou de pré-reprise d’entreprise

Lorsqu’un porteur de projet envisage de créer ou de reprendre une entreprise, il doit forcément procéder au calcul de la trésorerie nette. En général, ce calcul est effectué lors de la construction du budget de trésorerie, tableau composant le prévisionnel financier (et plus globalement la partie financière du business plan). Sa détermination va permettre de vérifier que le projet est viable et que la structure financière de l’entreprise assure une certaine pérennité.

  • tout au long de la vie de l’entreprise

La trésorerie nette représente un poste critique de l’entreprise. On parle souvent de « nerf de la guerre » puisque c’est elle qui régit l’ensemble des rapports et des flux financiers à destination des partenaires de l’entreprise. Elle peut être suivi de manière journalière, hebdomadaire, mensuelle, trimestrielle ou annuelle et elle doit être intégrée dans les prévisions d’une entreprise (tableaux de bord par exemple).

Comment calculer la trésorerie nette ?

D’un point de vue financier, la trésorerie nette est perçue comme un reliquat et plus précisément le résultat de la différence entre le fonds de roulement net global et le besoin en fonds de roulement. Voici donc la formule de calcul de trésorerie nette la plus utilisée en pratique (c’est l’approche par le haut du bilan du comptable) :

Trésorerie nette = fonds de roulement – besoin en fonds de roulement

Elle peut toutefois être calculée directement à partir du bas du bilan comptable, selon la formule suivante :

Trésorerie nette = disponibilités – dettes financières à court terme

Les disponibilités représentent l’ensemble des postes d’actifs monétaires du bilan mobilisables à court terme. Les principaux sont les avoirs détenus en banque (compte créditeur chez l’établissement bancaire) ainsi que les sommes présentes en caisse et les valeurs mobilières de placement (VMP).

Les dettes financières à court terme sont généralement constituées des concours bancaires courants, ou autrement dit des découverts bancaires et des comptes courants d’associés lorsqu’ils sont remboursables à tout moment.

Comment interpréter sa trésorerie nette ?

La trésorerie nette est positive

Lorsque le montant de la trésorerie nette est supérieur à 0, les ressources d’une entreprise permettent de couvrir l’intégralité de ses besoins. La situation financière de l’entreprise semble saine étant donné qu’elle se trouve en mesure de financer des dépenses nouvelles sans avoir recours à un mode de financement externe (emprunt par exemple). Elle dispose donc de liquidités mobilisables à court terme mais cette bonne nouvelle doit être relativisée. En effet, elle peut être le résultat d’une politique de cession de l’appareil productif ou d’un déficit d’investissement pouvant causer des difficultés ultérieurement.

La trésorerie nette est nulle

Dans ce cas, les ressources viennent couvrir les besoins à l’euro près. L’entreprise ne dispose d’aucune marge de manœuvre bien que sa situation financière soit à l’équilibre. Le fonds de roulement finance le BFR à l’identique et toute augmentation de ce dernier (allongement du délai de paiement des clients, diminution du délai de règlement des fournisseurs, augmentation du délai de rotation des stocks) conduira l’entreprise à rencontrer des difficultés de trésorerie.

La trésorerie nette est négative

L’entreprise ne dispose pas des ressources suffisantes pour faire face à ses besoins. Sa situation financière est déficitaire et elle doit absolument avoir recours à des modes de financements à court terme pour palier cette situation (découvert bancaire). Cette situation ne peut être que temporaire et représente un réel danger pour l’entreprise si elle devient structurelle : elle laisse présager un risque de faillite.

Comment maîtriser sa trésorerie nette ?

La maîtrise de la trésorerie nette nécessite d’agir sur les variables du haut du bilan. Il s’agira notamment de tenter :

  • d’améliorer le fonds de roulement net global 

L’entreprise doit dégager un excédent de fonds de roulement pour permettre de financer son BFR. Pour cela, elle peut augmenter ses ressources durables (en contractant un prêt bancaire à long terme, en procédant à une augmentation de capital ou en capitalisant les bénéfices qu’elle réalise) ou optimiser ses emplois stables (en investissant de manière plus intelligente et en se séparant d’une partie de son appareil productif désuet).

  • de maîtriser son besoin en fonds de roulement

L’entreprise doit maîtriser son BFR. Il est très rare qu’un besoin en fonds de roulement se transforme en ressource en fonds de roulement (la ressource en fonds de roulement est généralement dégagée par les entreprises qui reçoivent des paiements comptants de leurs clients et qui paient leurs fournisseurs à X jours) mais il est possible de le réduire en essayant de diminuer tant que faire se peut le crédit client (en instaurant un escompte attractif pour les clients qui paient à réception de la facture), de négocier un délai de paiement fournisseur le plus long possible et de gérer ses stocks en flux tendus, de manière à diminuer le délai de rotation des stocks et donc la nécessiter de financer ces biens.

Exemple de calcul de trésorerie nette

Voici un exemple de bilan comptable :

Actif Passif
Immobilisations 1000 Capitaux propres 500
Stocks 100 Dettes financières (LT) 600
Créances clients 200 Dettes fournisseurs 400
Disponibilités 350 Concours bancaires courants 150
Total 1650 Total 1650

La trésorerie nette se calcule comme suit :

  • approche par le haut du bilan : trésorerie nette = fonds de roulement – besoin en fonds de roulement = [500+600-1000] – [100-200] = 100 – (-100) = 200
  • approche par le bas du bilan : trésorerie nette = disponibilité – dettes financières à court terme = 350 – 150 = 200

Conclusion : la trésorerie nette est une variable qui occupe une place essentielle dans la gestion d’une entreprise. Il convient de veiller à ce qu’elle soit positive, tout en poursuivant les efforts d’investissements afin de maintenir ou de faire progresser le niveau de l’activité.

 

A propos de Thibaut Clermont

Thibaut Clermont
Thibaut CLERMONT, mémorialiste en expertise-comptable et webmaster de Compta-Facile, site d'information sur la comptabilité rattaché au réseau FCIC-MEDIA.

2 commentaires

  1. Bonjour,

    Il me semble qu’il y a une erreur dans votre dernier exemple :
    Le BFR = (100+200)-400 = -100
    en appliquant (stocks + créances) – dettes fournisseurs.
    Ou me suis-je trompé ?
    Merci pour vos explications,

    Ludovic

    • Thibaut Clermont

      Bonsoir,
      Votre calcul du BFR est correct (c’est le même que le mien d’ailleurs). Ici, le BFR est négatif (-100 euros) mais comme la trésorerie nette est représentée par la différence entre le fonds de roulement net global et le besoin en fonds de roulement, il vient s’additionner au fonds de roulement (« – » + « – » = « + »). Le montant de la trésorerie nette est donc bien de 200 euros.
      Bonne soirée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*


*