Vous êtes ici : Accueil » Les bases de la comptabilité » Les principes comptables » Trésorerie et résultat : quelles différences ?

Trésorerie et résultat : quelles différences ?

Quelle est la différence entre la trésorerie et le résultat ? En réalité, il en existe de nombreuses car ce sont deux notions fondamentalement différentes. La trésorerie représente les sommes d’argent disponibles, c’est-à-dire des fonds qui existent physiquement et qui appartiennent à une entreprise. Le résultat, quant à lui, n’a pas de substance physique, c’est une donnée qui est obtenue en appliquant des règles comptables particulières. Par ailleurs, une entreprise peut très bien enregistrer un résultat négatif (une perte) et disposer d’une trésorerie importante. Compta-Facile vous présente les principaux critères de distinction entre ces deux notions essentielles.

difference tresorerie resultat

Différence entre trésorerie et résultat : les éléments qui n’apparaissent pas au résultat

Les mouvements de fonds qui n’ont pas d’impact sur le résultat

C’est une différence importante qu’il existe entre le solde de trésorerie et le montant du résultat net comptable. Certains mouvements de fonds, en vertu de leur nature, n’affectent que la trésorerie et donc pas le résultat. Dans le jargon comptable, il s’agit :

  • D’une part des ressources à long terme mises temporairement à la disposition de l’entreprise par des tiers et qui devront leur être restituées,
  • D’autre part des emplois durables qui seront récupérés par l’entreprise (ou qui disparaîtront).

Les opérations suivantes n’ont donc aucun effet sur le résultat :

  • Les investissements en biens durables c’est-à-dire les immobilisations conservées plus de 12 mois par l’entreprise et leur cession ultérieure (hors impact des amortissements expliqué ci-dessous),
  • Les opérations portant sur le capital de la société (augmentation de capital, réduction de capital) ou sur les capitaux propres (distributions de dividendes),
  • L’attribution de certaines subventions appelées « subventions d’investissement » (une fraction est toutefois prise en compte en résultat, comme expliqué ci-dessous),
  • Les octrois de prêts bancaires ainsi que les remboursements (uniquement pour la partie affectant le capital, les intérêts et primes d’assurance étant déduits du compte de résultat),
  • Les avances en comptes courants consenties par les associés et leur restitution par la société.

Les délais de paiement ne sont pas pris en compte dans le résultat

Il s’agit de l’autre point important qui n’est pas pris en compte dans le résultat comptable. Les règles de la comptabilité commerciale (on parle plus particulièrement de comptabilité d’engagement) imposent d’enregistrer une facture séparément de son dénouement financier : l’achat (ou la vente) est comptabilisé d’un côté, le paiement (ou l’encaissement) est comptabilisé de l’autre. A ce stade, les délais de paiement jouent un rôle déterminant car il existe, au bilan lors de la clôture de l’exercice comptable :

  • Des sommes d’argent en attente d’être payées : ce sont des « dettes » et il en existe de nombreuses (dettes fournisseurs, dettes fiscales, dettes sociales…),
  • Des sommes d’argent en attente d’être encaissées : ce sont des « créances » pouvant également avoir différentes natures (créances clients, créances fiscales, créances sociales…).

Or, dans le résultat, le décalage dans le temps généré par l’application de ces délais de paiement n’est pas pris en compte.

Différence entre trésorerie et résultat : les éléments qui n’ont pas d’impact sur la trésorerie

Les charges non-décaissables sont exclues de la trésorerie

Il existe certaines charges qui, bien qu’elles soient prises en compte en résultat, ne le sont pas pour ce qui est de la trésorerie. Elles sont généralement appelées des « charges calculées » puisqu’elles doivent leur existence à l’application de règles comptables. Il s’agit :

  • Des dotations aux amortissements des immobilisations (règle comptable consistant à répartir la valeur d’un bien sur sa durée d’utilisation, et non en une seule fois dans le compte de résultat) ;
  • Des dotations aux dépréciations des éléments de l’actif (règle comptable dont l’objectif est de prendre en compte toute diminution de la valeur d’un bien inscrit à l’actif : créances, stocks ou immobilisations) ;
  • Des valeurs nettes comptables d’actifs cédés (valeur résiduelle d’une immobilisation lors de sa vente).

Pour plus d’informations à ce sujet : comment distinguer les charges décaissables et les charges calculées ?

Les produits non-encaissables n’augmentent pas la trésorerie

A contrario, certains produits sont intégrés dans le résultat mais ne contribueront pas à alimenter la trésorerie. Ils sont moins nombreux que les charges non-décaissables et comprennent, en général :

  • Les reprises sur amortissements et provisions antérieurement constitués (comptes 78) ;
  • Les produits de cession d’éléments d’actifs (compte 775) ;
  • La quote-part de subvention virée au compte de résultat (compte 777).

Différence entre trésorerie et résultat : exemple

Prenons le cas d’une société qui achète et revend des marchandises (entreprise de négoce) et distinguons 3 hypothèses :

Hypothèse 1 : Elle a vendu et encaissé 100 000 euros soit l’intégralité des marchandises achetées pour 50 000 euros et payées immédiatement

⇒ Son résultat est de 50 000 euros ( 100 000 – 50 000 ) et sa trésorerie se monte également à 50 000 euros.

Hypothèse 2 : Elle a vendu et encaissé 100 000 euros des marchandises achetées 50 000 euros et réglées immédiatement (il reste en stocks 10 000 euros de marchandises achetées au cours de l’exercice)

⇒ Son résultat est de 60 000 euros ( 100 000 – ( 50 000 – 10 000 ) ) et sa trésorerie s’élève à 50 000 euros ( 100 000 – 50 000 ) . En plus de la trésorerie, des stocks de marchandises figureront au bilan pour 10 000 euros.

Hypothèse 3 : Elle a vendu 100 000 euros des marchandises (50 000 euros sont payés immédiatement et le reste après la clôture de l’exercice) achetées 50 000 euros et réglées en deux parts égales (il reste 10 000 euros de marchandises)

⇒ Son résultat est de 60 000 euros ( 100 000 – ( 50 000 – 10 000 ) ) et sa trésorerie de 25 000 ( 50 000 – 25 000 ). En plus de la trésorerie, figureront au bilan comptable 50 000 euros de créances clients, 25 000 euros de dettes fournisseurs et 10 000 euros de stocks de marchandises.

A lire également concernant les notions comptables fondamentales :

Conclusion : le résultat et la trésorerie sont deux notions bien différentes. Il n’existe pas de formules de calcul permettant de passer de l’une à l’autre mais il convient de savoir interpréter chacune d’entre elles.

A propos de Thibaut Clermont

Thibaut Clermont
Thibaut CLERMONT, mémorialiste en expertise-comptable et webmaster de Compta-Facile, site d'information sur la comptabilité rattaché au réseau FCIC-MEDIA.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.