Comment lire, comprendre et interpréter un bilan comptable ?

Savoir lire un bilan comptable est important ; le comprendre et l’interpréter est essentiel. Compta-Facile fait un tour d’horizon complet du bilan comptable : de quoi se compose-t-il ? Comment procéder à une lecture correcte d’un bilan comptable ? Comment l’interpréter ? Comment analyser la rentabilité d’une entreprise avec son bilan ?

comment lire et interpreter un bilan comptable

Qu’est-ce qu’un bilan comptable ?

Définition et composition du bilan comptable

En comptabilité, le bilan comptable est un document financier appelé état de synthèse. Il s’agit d’un tableau récapitulant d’un coté tous les moyens de production d’une entreprise et de l’autre l’ensemble des moyens de financement mis à sa disposition. Un bilan comptable représente, à un instant « t » donné, une photographie du patrimoine de l’entreprise, c’est-à-dire :

Dans le lexique financier, ils sont également appelés « emplois ». Il en existe trois sortes : les emplois permanents (détenus pendant un long moment par l’entreprise), les emplois temporaires (détenus pour une période inférieure à 12 mois) et les ressources qu’elle a détruites (accumulation de pertes).

Il s’agit des « ressources ». Il existe les ressources permanentes (qui sont laissées à la disposition de l’entreprise de manière quasi-définitive), les ressources temporaires et également les nouvelles ressources générées par l’entreprise : les profits qu’elle réalise.

Un bilan comptable regroupe tous les comptes du plan comptable de l’entreprise de la classe 1 à la classe 5.

Présentation du bilan comptable

Les postes du bilan comptable sont classés :

  • Selon leur fonction dans le processus de l’activité de l’entreprise (financière, économique, etc.) ;
  • par ordre de liquidité (pour l’actif) et ordre d’exigibilité (pour le passif).

Voici un exemple de bilan comptable – actif :

exemple d'actif de bilan comptable

Voici un exemple de bilan comptable – passif :

exemple de passif de bilan comptable

Au sein des dettes, on distingue généralement :

  • Les dettes à long et moyen terme (> 12 mois) qui se rapprochent plutôt des capitaux propres et constituent des capitaux permanent (il en est de même concernant les comptes courants d’associés bloqués),
  • Les dettes à court terme (< 12 mois) qui constituent des ressources temporaires.

Remarque : dans un bilan, le total de l’actif est toujours égal au total du passif. A défaut, la balance est déséquilibrée et il convient d’en identifier la raison.


Testez MACOMPTA.FR, la solution de gestion en ligne permettant de réaliser ses devis, d'établir ses factures, de tenir sa comptabilité et bien plus encore (essai gratuit de 30 jours puis à partir de 3€ par mois)

Pourquoi apprendre à lire et à comprendre un bilan comptable ?

La lecture et la compréhension d’un bilan sont essentielles pour de nombreux intervenants :

  • Pour le chef d’entreprise lui-même ou les dirigeants d’une société,

Cet état financier va permettre d’apprécier les augmentations ou les destructions de valeur sur différentes périodes (appelées exercices comptables) et de vérifier que les équilibres financiers soient bien respectés.

  • Pour l’éventuel repreneur d’une entreprise,

Le bilan comptable donne à un éventuel repreneur d’entreprise une idée sur la puissance financière de sa cible, sa notoriété ainsi que sur ses moyens d’action. Il permet également de porter un jugement sur l’avenir de l’entreprise. Contrairement au compte de résultat, le bilan permet d’avoir une idée de ce qu’il s’est passé antérieurement. C’est d’ailleurs sur cet état que va se baser, partiellement, un expert-comptable lors de sa mission d’accompagnement à la reprise d’entreprise.

  • Pour les organismes de financement,

Le bilan permet d’apprécier la structure financière d’une entreprise et donc d’analyser la composition de son financement afin de procéder à un nouveau financement cohérent.

Comment lire et interpréter un bilan comptable ?

La lecture en termes financiers d’un bilan permet d’aboutir à des analyses et des calculs de ratios financiers ; dont les plus importants sont le Besoin en Fonds de Roulement (BFR), le Fonds de Roulement Net Global (FRNG).

Dans certains cas, ces analyses nécessitent quelques retraitements du bilan comptable (on appelle cela le bilan fonctionnel).

L’équilibre financier, la notion clé du bilan comptable

La première notion émergeant du bilan comptable, et non des moindres, est l’équilibre financier. Elle est très simple à comprendre : à chaque emploi correspond un mode de financement approprié (c’est-à-dire un type de ressources). En d’autres termes, les biens durables (c’est-à-dire l’actif immobilisé) doivent être financés par des ressources à long terme (les capitaux permanents); et inversement. Cet équilibre se vérifie en consultant un bilan en « grandes masses » que l’on appelle bilan fonctionnel.

Par exemple :

  • les investissements (immobilisations) doivent être financés par des ressources à long terme (apport en capital des associés, emprunts bancaires remboursés sur plus d’un an, etc).
  • les créances clients doivent être financées par des délais de paiement fournisseurs.

Le Besoin en Fonds de Roulement (BFR)

La comparaison entre les actifs à court terme et les passifs à court terme fait naître une donnée fondamentale : le Besoin en Fonds de Roulement (BFR). Cet indicateur financier traduit en termes chiffrés l’impact du décalage dans le temps existant entre les flux de trésorerie entrants (encaissements) et les flux de trésorerie sortants (décaissements).

BFR = actif circulant (stocks + créances clients) – passif circulant (dettes fournisseurs + dettes fiscales + dettes sociales + autres dettes non financières)

Lorsque le BFR est positif, les ressources à court terme ne permettent pas de couvrir les emplois à court terme. L’entreprise va devoir faire financer ses besoins à court terme soit à l’aide de son excédent de ressources à long terme (fonds de roulement), soit à l’aide de ressources financières complémentaires à court terme (comme des découverts bancaires). Dans la plupart des entreprises, le BFR est positif.

Lorsque le BFR est négatif, l’entreprise n’a pas de besoin d’exploitation à financer. En effet, le passif à court terme excède les besoins de financement de son actif circulant. Dans certaines activités, le BFR est négatif. Tel est le cas, par exemple, de la grande distribution, des cafés, des restaurants, des boulangeries, etc.

Dans la plupart des cas, le BFR doit être financé. En général, il l’est par le Fonds de Roulement.

Le Fonds de Roulement (FR)

Le fonds de roulement est l’excédent de capitaux permanents (capitaux propres) par rapport aux emplois durables (actifs immobilisés). Il représente une ressource mise à la disposition de l’entreprise par ses associés ou créée par elle-même grâce à son activité, et destinée à financer les investissements et le besoin en fonds de roulement. A défaut, l’entreprise subira des problèmes de trésorerie.

Fonds de roulement (FR) = capitaux permanents – emplois stables

Un fonds de roulement largement positif n’est pas nécessairement un bon signal. Il peut notamment révéler un déficit d’investissements dont les effets se feront ressentir sur l’activité à plus ou moins long terme.

La Trésorerie Nette (TN)

La trésorerie nette sert de variable d’ajustement : elle est considérée comme un excédent (ou une insuffisance) du Fonds de Roulement sur le Besoin en Fonds de roulement. Elle peut donc être positive ou négative

Trésorerie nette (TN) = Fonds de roulement (FR) – Besoin en Fonds de roulement (BFR)

Autres ratios financiers issus du bilan comptable

Il existe une multitude de ratios financiers dont le calcul est rendu possible grâce à l’exploitation d’un bilan, voici les principaux :

  • Ratios sur les actifs 
    • Intensité capitalistique = actif immobilisé brut / total de l’actif brut
    • Ratio de vétusté (taux d’usure) = immobilisations corporelles nettes / immobilisations corporelles brutes
    • Taux de croissance externe = immobilisations financières / total des immobilisations
  • Ratio sur les capitaux propres
    • Taux de solvabilité = capitaux propres / total du bilan (ou dettes financières)
  • Ratios sur l’endettement
  • Ratios sur la gestion des postes clients / fournisseurs (nécessite des données du compte de résultat)
    • Durée du crédit clients = (créances clients – acomptes reçus) x 360 / chiffre d’affaires TTC
    • Durée du crédit fournisseurs = (dettes fournisseurs – acomptes versés) x 360 / achats TTC

Conclusion : la lecture d’un bilan comptable est une discipline qui peut s’avérer compliquée mais elle demeure essentielle. Comprendre et savoir interpréter un bilan est indispensable pour tout entrepreneur.

Partager
logiciel compta facturation

A propos de Thibaut Clermont

Thibaut Clermont
Thibaut CLERMONT, mémorialiste en expertise-comptable et webmaster de Compta-Facile, site d'information sur la comptabilité rattaché au réseau FCIC-MEDIA.

20 commentaires

  1. Gaillardet Christian

    Bonjour. Existe-t-il des logiciels gratuits pour analyser rapidement un bilan comptable pour des novices comme moi ? Merci. Cordialement.

  2. Bonjour. A ma connaissance, il n’existe pas de logiciels gratuits performants permettant d’analyser un bilan comptable rapidement. Mais sachez que sa lecture n’est pas aussi compliquée qu’il n’y paraît ! Bonne journée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

  3. Marie-Christine Jusseret

    Bonjour Monsieur,
    Pouvez-vous me renseigner de la méthode pour calculer le boni/mali de liquidation s’il vous plaît sur base d’un bilan ?
    en vous remerciant d’avance
    Marie-Christine

  4. Bonjour Madame,
    Je vous invite à consulter un article que j’ai rédigé sur ce sujet : écritures comptables d’une cessation d’activité suivie d’une liquidation.
    Vous y trouverez un exemple de calcul. Bonne journée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

  5. Bonjour,
    Existe t il des logiciels gratuits afin d’établir un bilan prévisionnel ?
    Avez vous des articles concernant l’établissement d’un prévisionnel ?
    En vous remerciant.

  6. Bonjour,
    A ma connaissance, il existe quelques logiciels gratuits sur le marché mais leur utilisation nécessite de solides bases en comptabilité / gestion et ils prennent, la plupart du temps, la forme de tableur Excel (la présentation peut en rebuter certains).
    Pour ce qui est des articles, les voici :
    choisir son logiciel de business plan
    comment faire un business plan ?
    la partie rédactionnelle du business plan
    la partie financière du business plan (le prévisionnel financier)
    les financements du business plan
    N’hésitez pas à acheter notre livre numérique qui entre plus dans le détail du prévisionnel financier (pour voir le contenu et le sommaire : réussir son business plan).

  7. Bonjour,
    comment se fait-il qu’il nous soit impossible de trouver une personne qui soit compétente pour nous lire un bilan de SARL en vente pour cause de départ en retraite ? les experts-comptables refusent et ce afin de ne pas « froisser » l’expert comptable qui a effectué le bilan… Nous voulons simplement des réponses a nos questionnements … Vers qui pouvons-nous nous tourner ? Merci !

  8. Bonjour,
    L’expert-comptable est effectivement le professionnel le plus qualifié pour vous accompagner dans cette tâche (on parle plus précisément d’accompagnement à la reprise d’entreprise par un expert-comptable). Je vous invite à vous tourner vers notre plateforme afin que nous vous mettions en relation avec l’un de nos experts-comptables partenaires qui pourra éventuellement pour accompagner : trouver un expert-comptable.
    Bonne fin de journée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

  9. Bonjour.
    Je suis ravi de découvrir votre site. Je voudrais savoir s’il y a des démarches ou des inscriptions à effectuer pour que vous répondiez à nos préoccupations.
    Merci.

  10. Bonjour,
    Vous pouvez, si vous le souhaitez, vous inscrire à notre newsletter. Pour le reste, aucune inscription n’est requise sur notre site Compta-Facile et vous pouvez y poser librement l’ensemble de vos questions.
    Bonne journée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

  11. Merci pour cet article !

  12. Bonjour,

    je viens d’intégrer une SARL qui a sa comptabilité en retard. L’exercice 2015 à bien été clôturé mais le report A-nouveau n’a pas été fait sur l’exercice 2016 tout en continuant la saisie des écritures courantes de cette année. Il est impossible de saisir la balance d’ouverture dans le journal RAN maintenant, comment pourrait-on procéder ?
    Merci

  13. Bonjour,
    Vous pouvez les saisir dans un journal d’opérations diverses. Effectivement, dans les logiciels de comptabilité, la reprise des à-nouveaux est effectuée à la clôture de l’exercice (mais il ne faut pas oublier de cocher la case prévue à cet effet, sinon il faut les saisir manuellement).
    Bonne fin de journée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

  14. Bonjour,
    Quels postes du bilan peuvent être négatifs excepté le résultat?
    Merci d’avance!

    Estelle

  15. Bonjour,
    Sauf erreur de ma part, il me semble que seul le résultat (et, en l’occurrence, une perte) peut figurer pour un montant négatif au passif du bilan.
    Bonne journée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

  16. Bonjour Thibaut,
    Je viens de découvrir votre site et merci de rendre plus lisible la lecture de la santé d’une entreprise.
    Pourquoi ai-je recherché cette information ?
    Tout simplement parce que je m’apprête à intégrer une entreprise et comme je suis âgé de 54 ans, cela sera ma dernière ligne droite avant mon départ définitif du monde du travail.
    J’ai quelques notions historiques de compta mais ce dont j’ai besoin c’est d’analyser la bonne santé de l’entreprise avant toute prise de décisions.
    Merci pour votre aide la raison de la perte de mon emploi aujourd’hui ayant été une mauvaise gestion de la part du gérant.
    Philippe

  17. Bonjour.
    Comme « Couvreur », j’ai 54 ans et suis à l’étude de la reprise d’une activité. Le commerce qui m’intéresse est à céder sous forme de parts sociales et non pas en fond de commerce.
    Comment puis-je évaluer la valeur de cette entreprise en me servant des 3 derniers bilans?
    Bien à vous

  18. Thibaut Clermont

    Bonjour,
    Il existe une multitude de calculs permettant d’évaluer une société. Vous devez tout d’abord analyser le marché et observer la présence de transactions similaires (ou non). S’il y en a, comparez les. Pour le reste, il vous faut maîtriser différentes techniques comme : la méthode des discounted cash-flow, la méthode de l’actif net comptable, la méthode des barèmes professionnels… Autrement, il est nécessaire, à mon sens, de vous faire accompagner par un expert-comptable pour reprendre cette entreprise. Il saura non seulement se prononcer sur le prix de vente mais également vous accompagner dans le processus de reprise (création d’une structure juridique adaptée, optimisation de votre statut social, choix d’une imposition pour les bénéfices, etc.).
    Bonne fin de journée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

  19. Bonjour,
    La banque me demande le bilan détaillé de la société.
    Quelle est la différence avec le bilan de la liasse fiscale ?
    Merci d’avance.

  20. Thibaut Clermont

    Bonjour,
    En général, les banques exigent de leurs clients qu’ils leur communiquent leurs comptes annuels, c’est-à-dire non seulement un bilan mais également un compte de résultat ainsi qu’une annexe. Votre liasse fiscale ne comprend qu’un bilan et un compte de résultat (qui sont parfois moins détaillés que les comptes annuels).
    Bon après-midi. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

mattis felis leo ultricies id, id consequat. Lorem ut Praesent Aenean