Comment calculer un amortissement ?

Publié le 6 min
Ecrit par Thibaut Clermont

En comptabilité, la plupart des immobilisations corporelles ainsi que quelques immobilisations incorporelles font l’objet d’un amortissement. Cette technique comptable vise à répartir le coût du bien sur une certaine durée. Le montant de l’amortissement dépend de différentes variables et son calcul peut parfois paraître complexe. Compta-Facile vous présente une publication consacrée au calcul de l’amortissement et qui détaille chacune des étapes à suivre, à savoir :

  1. Identifier la durée réelle d’utilisation du bien
  2. Déterminer le taux d’amortissement
  3. Évaluer l’annuité d’amortissement
  4. Corriger la première ainsi que la dernière annuite

Aucune méthode d’amortissement n’étant interdite en comptabilité, il en existe une multitude. Toutefois, nous ne présenterons que les calculs d’amortissement issus des méthodes les plus utilisées en pratique ; à savoir l’amortissement linéaire et l’amortissement dégressif. Un article séparé aborde le cas particulier de l’amortissement par unités d’oeuvre.

comment calculer un amortissement

1ère étape du calcul d’un amortissement : rechercher la durée d’utilisation de l’immobilisation

Pour chaque bien répondant à la définition d’une immobilisation (et amortissable), il convient de rechercher sa durée réelle d’utilisation. Cette donnée, propre à chaque entreprise et pouvant varier pour des biens de même nature, prend en compte de nombreuses variables : fréquence d’utilisation, comportement vis-à-vis de l’obsolescence, durée de conservation…

Cette estimation pouvant causer quelques difficultés, la législation autorise les petites et moyennes entreprises (PME) à ne pas rechercher les durées réelles d’utilisation de ses immobilisations non décomposables. Ces dernières peuvent utiliser les durées d’usage admises en fiscalité. Les voici, à titre indicatif :

  • Bâtiments : entre 20 et 50 ans,
  • Agencements et installations : entre 10 et 20 ans
  • Matériels : entre 7 et 10 ans,
  • Outillages et matériels de bureau : entre 5 et 10 ans,
  • Matériels de transport : 4 ou 5 ans,
  • Mobiliers : 10 ans,
  • Brevets : 5 ans,
  • Matériels informatiques : 3 ans.

Une « PME » est ici une société ne dépassant pas deux des trois seuils : 4 000 000 € de total bilan, 8 000 000 € de chiffre d’affaires et 50 salariés.

2ème étape du calcul d’un amortissement : obtenir le taux d’amortissement du bien

L’entreprise doit ensuite calculer le taux d’amortissement de chaque immobilisation. Ce taux dépend de la durée d’amortissement obtenue précédemment. Lorsque l’amortissement linéaire est utilisé, le taux d’amortissement s’obtient très rapidement :

Taux d’amortissement linéaire = 1 / Durée réelle d’utilisation (ou durée d’usage fiscalement admise)

Si l’entreprise a recours au mode dégressif, elle doit multiplier le taux d’amortissement par un coefficient fiscal :

Taux d’amortissement dégressif = Coefficient dégressif × [ 1 / Durée d’usage fiscale ]

Le coefficient s’élève à 1,25 (pour une durée d’amortissement de 3 ou 4 ans), 1,75 (durée d’amortissement de 5 ou 6 ans) ou à 2,25 (durée d’amortissement supérieure à 6 ans).

Le taux d’amortissement représente une variable fondamentale du calcul de l’amortissement.

3ème étape du calcul d’un amortissement : chiffrer l’annuité d’amortissement théorique

Avant de calculer le montant de l’amortissement, il convient de comprendre comment y parvenir. Des différences existent dans les modalités de calcul selon le mode d’amortissement retenu. En voici une synthèse :

Donnée Amortissement linéaire Amortissement dégressif
Base amortissable Valeur brute – Valeur de revente Valeur nette comptable
Point de départ des amortissements Date de mise en service Premier jour du mois d’acquisition
Prorata temporis En jours En mois
Durée d’amortissement Sur la durée réelle d’utilisation L’exercice d’acquisition compte pour une année

Cela étant dit, un amortissement linéaire se calcule comme suit :

Annuité d’amortissement linéaire = ( Valeur brute – Valeur de revente) × Taux d’amortissement linéaire

Tandis qu’un amortissement dégressif est obtenu à l’aide du calcul suivant :

Annuité d’amortissement dégressive = Valeur nette comptable × Taux d’amortissement dégressif

S’agissant de l’amortissement dégressif, il est important de préciser qu’un changement intervient au cours du processus d’amortissement. En effet, lorsque l’annuité dégressive d’amortissement devient inférieure à l’annuité correspondant au quotient de la valeur résiduelle par le nombre d’années d’utilisation restant à courir, l’entreprise peut pratiquer un amortissement égal à cette dernière annuité.

Un bien étant rarement acquis au premier jour de l’ouverture d’un exercice comptable (ou au cours du premier mois), certains retraitements s’avèrent nécessaires.

4ème étape du calcul d’un amortissement : affiner le montant de certaines annuités

L’amortissement linéaire d’un bien commence dès sa mise en service. Par conséquent, la première annuité d’amortissement doit être réduite de la fraction correspondant à la période pendant laquelle le bien n’a pas été utilisé. L’amortissement s’obtient en rapportant le nombre de jours d’utilisation à 360 (on parle de « prorata temporis »).

L’amortissement dégressif, quant à lui, débute au premier jour du mois d’acquisition du bien. Le prorata se calcule en mois et la première année compte pour une unité entière même si l’acquisition a lieu en cours d’année. Par ailleurs, lorsque l’amortissement dégressif n’est pas justifié en comptabilité :

Une fois que les amortissements ont été calculés, il convient de construire le tableau d’amortissement de l’immobilisation.

Exemple de calcul d’amortissement

Un exemple permettra de bien illustrer nos propos. Prenons le cas suivant et calculons les amortissements linéaires et dégressifs : une entreprise, dont l’exercice comptable coïncide avec l’année civile, fait l’acquisition le 15/07/N d’un matériel industriel pour 30 000 euros hors taxes. Elle l’utilisera pendant 5 ans.

Calcul des annuités d’amortissement linéaire

Le taux d’amortissement linéaire s’élève à 20 % (1 / 5). Voici le plan d’amortissement linéaire ainsi que le détail des calculs :

Date de début Date de fin Amortissement Détail du calcul
15/07/N 31/12/N 2 750 30 000 × 20 % × 165/360
01/01/N+1 31/12/N+1 6 000 30 000 × 20 %
01/01/N+2 31/12/N+2 6 000 30 000 × 20 %
01/01/N+3 31/12/N+3 6 000 30 000 × 20 %
01/01/N+4 31/12/N+4 6 000 30 000 × 20 %
01/01/N+5 31/12/N+5 3 250 30 000 × 20 % × 195/360

Calcul des annuités d’amortissement dégressif

Le taux d’amortissement dégressif se monte à 35 % [ 1,75 × (1 / 5) ]. Voici le plan d’amortissement dégressif :

Date de début Date de fin Amortissement théorique Valeur résiduelle Rapport VR/nombre d’années Amortissement définitif
01/07/N 31/12/N 5 250 (30 000 × 35 % × 6/12) 24 750 (30 000 – 5 250) 4 950 (30 000 / 5) 5 250
01/01/N+1 31/12/N+1 8 663 (24 750 × 35 %) 16 087 (24 750 – 8 663) 4 022 (24 750 / 4) 8 663
01/01/N+2 31/12/N+2 5 630 (16 087 × 35 %) 10 457 (16 087 – 5 630) 3 486 (16 087 / 3) 5630
01/01/N+3 31/12/N+3 3 660 (10 457 × 35 %) 6 797 (10 457 – 3 660) 5 229 (10 457 / 2) 5 229
01/01/N+4 31/12/N+4 2 379 (6 797 × 35 %) 4 418 (6 797 – 2 379) 5 229 (5 229 / 1) 5 229
01/01/N+5 31/12/N+5 0 0 0 0

A lire également sur le même sujet :

Conclusion : calculer un amortissement n’est généralement pas compliqué. Il suffit de partir sur les bonnes bases et de construire un plan d’amortissement en veillant à respecter toutes les règles applicables selon le mode d’amortissement utilisé.

Donnez-lui une note !

Merci pour votre vote.

Ecrit par
Thibaut Clermont

Thibaut CLERMONT, mémorialiste en expertise-comptable et fondateur de Compta-Facile, site d'information sur la comptabilité.

A lire aussi...

gestion comptable auto-entreprise
La gestion comptable de l’auto-entreprise 

En tant qu'auto-entrepreneur, la gestion comptable est un aspect crucial pour assurer le bon fonctionnement de votre activité. De la rédaction des factures à la tenue des livres comptables, chaque étape nécessite une attention particulière pour rester en conformité avec la législation en vigueur. Dans cet article, nous explorerons les différentes facettes de la gestion comptable de l’auto-entreprise. 

changer expert comptable
Comment changer d'expert-comptable ?

Lorsqu'une entreprise souhaite changer d'expert-comptable, elle doit respecter un certain nombre de règles. Comment gérer au mieux la transition liée à un changement d'expert-comptable ?

les fonds prorpres de l'entreprise
Les fonds propres de l'entreprise

Les fonds propres d'une entreprise comprennent les capitaux propres et les autres fonds propres. Ils correspondent aux sommes versées par les associés ou actionnaires, augmentées par les profits générés annuellement par l’entreprise qui ne sont pas distribués en dividendes.

apport en capital ou compte courant d’associé
Besoin de financement d’une entreprise : apport en capital ou en compte courant d’associé ?  

La liquidité est primordiale au lancement, puis au développement de l’entreprise. Que ce soit pour affirmer une stabilité financière, ou palier des passages à vide, le besoin de financement est omniprésent. Alors quelle méthode appliquer ?

Abonnez-vous à la newsletter !

abandons-creances-1024x767

2 commentaires

  • GASSISSOU NOYOM junior

    Très importante leçon de comptabilité pour nous les amateurs !

  • Papy Kumanisa

    Des belles explications

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *