Vous êtes ici : Accueil » Le business plan » L'estimation des données prévisionnelles » La capacité d’autofinancement (CAF) dans le business plan

La capacité d’autofinancement (CAF) dans le business plan

La capacité d’autofinancement (CAF) est un indicateur essentiel du business plan. La CAF prévisionnelle va servir de base au calcul de différents ratios. Elle doit être calculée dans tous les business plan, y compris pour les plus petits projets et même lorsque l’entreprise ne demande aucun prêt. Son calcul est généralement assez simple. Il est toutefois important de savoir à quoi elle correspond et quelle est son utilité. Compta-Facile a choisi de l’étudier ici dans ce dossier dont voici le sommaire :

  1. Qu’est-ce que la capacité d’autofinancement prévisionnelle ? 
  2. Comment calcule-t-on la CAF dans un business plan ?
  3. A quoi sert la capacité d’autofinancement dans le business plan ?
  4. Comment intégrer la CAF dans le business plan ?
  5. Comment améliorer la CAF présentée dans un business plan ?
  6. Exemple de calcul de capacité d’autofinancement prévisionnelle

caf business plan

Qu’est-ce que la capacité d’autofinancement prévisionnelle (CAF) du business plan ?

Définition de la capacité d’autofinancement (CAF)

La capacité d’autofinancement (CAF) déterminée dans un business plan représente :

  • Les ressources générées par une entreprise,
  • Potentiellement encaissables,
  • Directement issues de l’exploitation de l’activité,
  • Permettant de rémunérer les actionnaires (dividendes), rembourser les dettes (fournisseurs, fiscales, sociales, financières…) et d’investir.

Distinction entre la CAF et un cash-flow

A la différence d’un cash-flow, la capacité d’autofinancement ne prend pas en compte les décalages dans le temps générés par les délais de paiement (clients, fournisseurs…) et par le délai de rotation des stocks. Il ne s’agit donc pas d’un flux de trésorerie à proprement parler mais bien d’une ressource théoriquement encaissable (le BFR prévisionnel n’est, par exemple, pas pris en considération).

Dans un business plan, la CAF est obtenue d’après un calcul basé sur des prévisions, devant être aussi précises et objectives que possible. Mais, comme toute estimation, une prévision est, par nature incertaine et il est fort probable qu’elle ne se réalise pas dans la même mesure. C’est pourquoi on parle ici de capacité d’autofinancement prévisionnelle.

Comment calculer la capacité d’autofinancement (CAF) dans son business plan ?

Deux méthodes existent pour calculer la CAF dans un business plan : la méthode soustractive ou la méthode additive (la plus utilisée en pratique car plus rapide à mettre en oeuvre). Les deux calculs sont basés sur des données « hors taxes » c’est-à-dire qui ne prennent pas en considération la TVA.

Calculer la CAF prévisionnelle avec la méthode soustractive

CAF (business plan) = Résultat net comptable + Dotations aux amortissements, aux provisions et aux dépréciations + Valeurs comptables des immobilisations cédées – Reprises sur amortissements, provisions et dépréciations – Produits de cession d’immobilisations – Quote-part des subventions d’investissements virées au compte de résultat

Les éléments rajoutés (+) représentent des charges calculées (charges non décaissables) tandis que ceux déduits (-) constituent des produits calculés (produits non encaissables). Les données sont puisées dans le compte de résultat prévisionnel.

Calculer la CAF prévisionnelle avec la méthode additive

CAF (business plan) = Excédent brut d’exploitation (EBE) + Transferts de charges d’exploitaiton + Autres produits d’exploitation – Autres charges d’exploitation ± Quote-part sur opérations faites en commun + Produits financiers (sauf reprises sur amortissements et provisions) – Charges financières (sauf dotations aux amortissements et provisions) + Produits exceptionnels (sauf reprises sur amortissements, provisions et dépréciation, produits de cession d’éléments d’actifs et quote-part de subventions) – Charges exceptionnelles (sauf dotations aux amortissements, provisions et dépréciation, valeurs comptables des éléments d’actifs cédés) – Participation des salariés aux résultats – impôt sur les sociétés

L’EBE peut être obtenu depuis le tableau des soldes intermédiaires de gestion (SIG) ou directement depuis le chiffre d’affaires prévisionnel :

EBE = Chiffre d’affaires prévisionnels – Frais généraux prévisionnels + Subventions d’exploitation – Charges de personnel prévisionnellesImpôts et taxes prévisionnels (sauf IS et TVA)

Cette méthode est toutefois peut utilisée pour calculer une CAF dans un business plan, car elle est plus complexe et plus longue.

A quoi sert la capacité d’autofinancement (CAF) dans le business plan ?

La CAF prévisionnelle est un indicateur étudié par deux lecteurs de business plan : les banquiers ou des investisseurs. Chacun d’entre eux utilisera des ratios financiers particuliers.

Intérêt de la CAF pour les banques

La capacité d’autofinancement prévisionnelle est importante pour le banquier, lorsqu’un prêt est envisagé. En effet, la CAF va permettre de déterminer la capacité de remboursement de l’entreprise (nombre d’années de CAF permettant à l’entreprise de rembourser ses dettes financières) et donc, indirectement, sa capacité d’endettement :

Capacité de remboursement = Dettes financières prévisionnelles / CAF prévisionnelle

Dans ce ratio, on suppose que l’intégralité de la CAF sera consacrée au remboursement des dettes financières. Ce qui n’est pas toujours le cas étant donné qu’elle peut être utilisée pour financer des investissements ou encore pour verser des dividendes aux actionnaires. Il est important de prendre en compte ce paramètre.

Intérêt de la CAF pour les investisseurs

La CAF est également un indicateur essentiel pour les investisseurs, lorsque l’entreprise effectue une levée de fonds. La CAF prévisionnelle va, dans ce cas, leur indiquer le gain de ressources pour 100 euros de chiffre d’affaires :

Taux de rentabilité opérationnelle = CAF prévisionnelle / Chiffre d’affaires prévisionnel

La capacité d’autofinancement est une donnée qui doit être étudiée avec minutie.

Comment intégrer la capacité d’autofinancement dans un business plan ?

Tableau de calcul de la capacité d’autofinancement prévisionnelle

La capacité d’autofinancement peut être présentée de façon distincte des autres données du prévisionnel financier, dans un tableau de calcul dédié. En voici un modèle :

tableau calcul caf business plan

Intégration de la CAF dans le plan de financement

La CAF va être directement intégrée dans un tableau essentiel de la partie financière du business plan : le plan de financement prévisionnel. Elle représente une ressource qui va permettre de financer de nombreux besoins (investissements, variations du besoin en fonds de roulement, remboursement de prêts…). Voici un exemple de plan de financement :

la-caf-dans-le-plan-de-financement-previsionnel

Comment améliorer la CAF présentée dans le business plan ?

La capacité d’autofinancement (CAF) étant définie comme la différence entre les produits encaissables et les charges décaissables, il n’existe que deux moyens pour l’améliorer dans un business plan :

  • Augmenter le chiffre d’affaires

Dans la mesure du possible et, tout en restant réaliste dans les prévisions, il convient d’analyser les répercussions d’une éventuelle hausse du prix du vente ou celles résultant de la mise en place d’un programme de fidélité (qui pourrait multiplier les commandes et donc faire progresser le chiffre d’affaires prévu). Il convient toutefois d’être prudent dans cette démarche puisqu’une modification du prix de vente peut avoir un impact sur le volume des ventes ; ce qui reviendra donc, au final, à diminuer le chiffre d’affaires…

  • Optimiser la structure des coûts

L’analyse de la structure des coûts peut, dans certains cas, permettre de minimiser l’impact des charges décaissables, notamment lorsque les charges sont variabilisées. Le recours aux charges variables plutôt qu’aux charges fixes permet de limiter l’importance des frais engagés quel que soit le niveau de l’activité. Enfin, la dernière possibilité consiste à passer en revue toutes les charges du compte de résultat prévisionnel et à vérifier leur optimisation en termes de services et de coûts (notamment en matière d’assurance, de téléphonie, d’honoraires d’expert-comptable, etc.).

Exemple de calcul de CAF prévisionnelle dans un business plan

Voici le compte de résultat prévisionnel réalisé par un porteur de projet :

Rubrique N N+1 N+2
Chiffre d’affaires 768000 853606 902015
Achats effectués de marchandises 327600 379451 387484
Variation de stock de marchandises -25200 -5927 -1074
Achats effectués de matières 154140 143860 157762
Variation de stock de matières -2940 140 -262
Charges externes 104208 101409 102208
Impôts et taxes 7722 7822 7922
Charges de personnel 96798 106773 114596
Dotations aux amortissements 5500 5500 5499
Résultat d’exploitation 100172 114578 127880
Produits financiers 0 0 0
Charges financières 2834 2271 1892
Résultat financier -2834 -2271 -1892
Produits exceptionnels 0 0 0
Charges exceptionnelles 0 0 0
Résultat exceptionnel 0 0 0
Résultat courant 97338 112307 125988
Impôt sur les bénéfices 20523 24265 27685
Résultat de l’exercice 76815 88042 98303

Voici le tableau de calcul de la CAF tel qu’il doit figurer dans le business plan :

Rubrique N N+1 N+2
Résultat de l’exercice 76815 88042 98303
+ Dotations aux amortissements, provisions et dépréciations 5500 5500 5499
+ Valeurs nettes comptables des immobilisations cédées 0 0 0
– Reprises sur amortissements, provisions et dépréciations 0 0 0
– Produits de cessions des immobilisations 0 0 0
– Quote-part de subventions virées au compte de résultat 0 0 0
= Capacité d’autofinancement prévisionnelle (CAF) 82315 93542 103802

Conclusion : la capacité d’autofinancement (CAF) est une donnée majeure du business plan. Elle doit être calculée de façon séparée et va notamment servir à alimenter le plan de financement prévisionnel. Elle va être analysée par le banquier lorsqu’un prêt est sollicité ou par les investisseurs lorsque des fonds sont soulevés.

_~-*-~_

Découvrez notre livre sur le business plan et mettez toutes les chances de votre côté pour le réussir…

A propos de Thibaut Clermont

Thibaut Clermont
Thibaut CLERMONT, mémorialiste en expertise-comptable et webmaster de Compta-Facile, site d'information sur la comptabilité rattaché au réseau FCIC-MEDIA.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.