Vous êtes ici : Accueil » Base de la comptabilité » Documents comptables » Le compte de résultat différentiel

Le compte de résultat différentiel

Le compte de résultat différentiel est un état fondamental du contrôle de gestion permettant de mettre en avant la marge dégagée sur les coûts variables et, par la suite, d’identifier le seuil de rentabilité d’une entreprise. Compta-Facile y consacre une fiche complète qui répond aux questions : qu’est-ce qu’un compte de résultat différentiel ? A quoi sert-il ? Comment le construire ? Un exemple de compte de résultat différentiel est également proposé.

compte-de-resultat-differentiel

Qu’est-ce qu’un compte de résultat différentiel ?

Par définition, le compte de résultat différentiel est un tableau qui, pour chaque étape de la vente de marchandises ou de la fabrication de produits :

  • Met en évidence les charges variables attribuables à l’opération,
  • Détermine le résultat en faisant apparaître les marges sur coûts variables,
  • Indique dans quelle mesure la marge sur coûts variables couvre les coûts fixes,
  • Mesure la part de richesse créée.

A quoi sert un compte de résultat différentiel ?

Les grands principes du compte de résultat différentiel

L’utilité d’un compte de résultat différentiel n’est plus à démontrer. Il permet d’identifier la marge que va dégager une entreprise sur ses coûts opérationnelles, c’est-à-dire sur les charges variables qu’elle supporte et qui sont proportionnelles au niveau de son activité. Cet excédent va servir à financer les charges structurelles (charges fixes dont le montant ne varie pas avec le niveau de l’activité de l’entreprise). Le solde constituera le résultat que l’entreprise aura à sa disposition (bénéfice).

principes-du-compte-de-resultat-differentiel

Le compte de résultat différentiel représente un véritable outil de gestion prévisionnelle dans la mesure où il est un indicateur de performance permettant de mesurer la contribution de chaque produit à l’absorption des frais fixes et à la création de richesse. Il sert donc à :

  • Mettre en évidence certaines responsabilités,
  • Mesurer la contribution de chaque produit, bien ou service au résultat (les activités non rentables peuvent ainsi être stoppées),
  • Définir le niveau d’activité minimum devant être atteint pour couvrir les charges qui ne dépendent pas de l’activité (charges fixes),
  • Effectuer des prévisions financières.

Les notions émergeant du compte de résultat différentiel

Le seuil de rentabilité

Le seuil de rentabilité, également appelé chiffre d’affaires critique ou point mort, représente le montant de chiffre d’affaires pour lequel l’entreprise couvre la totalité des charges et dégage donc un résultat nul. En suivant le schéma présenté ci-dessous, il met en évidence une situation particulière dans laquelle la marge sur coûts variables est absorbée par les charges fixes de l’entreprise.

Seuil de rentabilité = Charges fixes / [ Marge sur coûts variables / Chiffre d’affaires ]

Le seuil de rentabilité peut également être exprimé en jours de chiffre d’affaires. Il convient, dans ce cas, de diviser le nombre obtenu par le résultat du quotient ( Chiffre d’affaires annuel / 360 ).

La marge de sécurité

La marge de sécurité constitue le montant de chiffre d’affaires pouvant être supprimé sans entraîner de pertes pour l’entreprise.

Marge de sécurité = Chiffre d’affaires – Seuil de rentabilité (en valeur)

Elle peut être exprimée en pourcentage. Il suffit alors de diviser le montant obtenu par le chiffre d’affaires réalisé.

Comment construire un compte de résultat différentiel ?

Construire un compte de résultat différentiel est assez simple en pratique puisqu’il suffit de disposer d’une balance générale comptable ou d’un compte de résultat « classique » (on notera simplement ici que résultat tel qu’il figure dans le compte de résultat différentiel doit être le même que celui du compte de résultat.) . Chaque poste de charges doit être ventilé entre les charges fixes et les charges variables. Cette répartition peut être effectuée sur un tableur Excel et ainsi prendre la forme d’un tableau à double entrée dont voici un modèle :

N° de compte

Libellé Solde Ventilation
Charges variables Charges fixes

Total charges affectées

60 Achats
61-62 Charges externes
63 Impôts et taxes
64 Charges de personnel

La seule difficulté réside ici dans la distinction entre les charges fixes et les charges variables. L’on considère trop souvent, et à tort, comme charges variables uniquement les achats de marchandises ou de matières premières. Alors que, dans certains cas, d’autres postes de charges peuvent représenter des charges variables (consommation d’énergies pour produire les biens, frais de déplacement du personnel, frais bancaires…). Par ailleurs, certaines charges peuvent être, pour partie, fixes et, pour partie, variable. Il conviendra alors de les éclater en fonction de leur nature.

La marge sur coûts variables doit être déterminée produit par produit et non en globalité. Toutes les marges sur coûts variables sont ensuite additionnées.

Exemple de compte de résultat différentiel

Prenons le cas d’une entreprise de négoce mono-produit dont le compte de résultat se présente comme suit :

Poste Montant
Chiffre d’affaires 2 000 000
Achats de marchandises – 700 000
Variation de stocks de marchandises – 300 000
Loyers immobiliers – 200 000
Déplacements – 40 000
Frais postaux et de télécommunication – 10 000
Frais bancaires – 50 000
Charges de personnel – 300 000
Impôt et taxes – 90 000
Résultat de l’exercice 310 000

Les frais de déplacement dépendent, pour moitié, du niveau de l’activité. Les frais bancaires représentent un pourcentage de commissions perçues sur les transactions liées à 75% des ventes de marchandises. Les frais postaux représentent des frais d’envoi de marchandises (transport).

Voici le tableau d’affectation :

Libellé Solde Ventilation
Charges variables Charges fixes Total charges affectées
Achats de marchandises 700 000 700 000 0 700 000
Variation de stocks de marchandises 300 000 300 000 0 300 000
Loyers immobiliers 200 000 0 200 000 200 000
Déplacements 40 000 20 000 20 000 40 000
Frais postaux 10 000 10 000 0 10 000
Frais bancaires 50 000 37 500 12 500 50 000
Charges de personnel 300 000 0 300 000 300 000
Impôts et taxes 90 000 0 90 000 90 000
TOTAL 1 690 000 1 067 500 532 500 1 690 000

Le compte de résultat différentiel sera ainsi présenté comme suit :

Poste Montant % du CA
Chiffre d’affaires 2 000 000 100%
Coûts variables – 1 067 500 53%
Marge sur coûts variables 932 500 47%
Charges fixes – 622 500 27%
Résultat 310 000 16%

Le seuil de rentabilité est calculé de la façon suivante : 622 500 / [ 932 500 / 2 000 000 ] = 1 324 468 euros. Autrement dit, lorsque l’entreprise génère un chiffre d’affaires de 1 324 468 euros, elle aura un résultat nul.

Conclusion : le compte de résultat différentiel est un outil de gestion à destination des entreprises. Il permet de mettre en évidence la marge sur coûts variables et de calculer le seuil de rentabilité.

A propos de Thibaut Clermont

Thibaut Clermont
Thibaut CLERMONT, mémorialiste en expertise-comptable et webmaster de Compta-Facile, site d'information sur la comptabilité rattaché au réseau FCIC-MEDIA.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*


*