Comment utiliser un logiciel de comptabilité ?

Lorsqu’une entreprise assume au moins une partie de sa comptabilité en interne, elle doit généralement s’équiper d’un logiciel de comptabilité. L’utilisation d’une telle solution de gestion nécessite certaines précautions. Par ailleurs, certaines astuces permettent de gagner du temps. Compta-Facile vous dévoile les conseils en la matière en répondant à la question : comment utiliser un logiciel de comptabilité ?

comment utiliser un logiciel de comptabilité

Paramétrer correctement le logiciel de comptabilité

Pour profiter de toutes les fonctionnalités du logiciel de comptabilité et donc l’utiliser efficacement, il est essentiel de le paramétrer correctement. Cela se matérialise notamment par :

  • Le remplissage exhaustif de toutes les données relatives à l’entreprise (dénomination sociale, siège, numéro SIRET, régime d’imposition à la TVA, taux de TVA applicables, régime de taxation des bénéfices, date d’ouverture et de clôture de l’exercice comptable, etc.) ;
  • La configuration de profils adaptés aux responsabilités de l’utilisateur en question (restrictions en matière de droits d’accès notamment) ;
  • Le choix du plan de comptes applicable à l’entreprise (plan comptable général par exemple) et la personnalisation de certains libellés de comptes ;
  • La création et la personnalisation de comptes de tiers auxiliaires (clients, fournisseurs et salariés) qui seront centralisés dans des comptes généraux ;
  • L’ouverture de journaux auxiliaires destinés à recueillir les enregistrements comptables (journal des achats, journal des ventes, journal de banque, journal de caisse, journal des opérations diverses, etc.) ;
  • La planification de sauvegardes automatiques selon une fréquence définie à l’avance (semaine, mois, trimestre, semestre…)

Optimiser le processus de saisie du logiciel de comptabilité

Une fois que les paramétrages ont été réalisés, l’entreprise va devoir saisir ses pièces comptables dans la solution de gestion qu’elle utilise. Ce travail est généralement rébarbatif et ne génère, à priori, que très peu de valeur ajoutée. Toutefois, il faut avoir à l’esprit que les données qui sont renseignées à cette occasion sont importantes puisqu’elles représentent la matière première des états financiers de l’entreprise. Une vigilance absolument doit donc être respectée. Cela étant dit, certaines astuces permettent de gagner du temps lors de l’utilisation du logiciel de comptabilité.

L’import – export de données

En premier lieu, il est important de vérifier s’il est possible d’intégrer automatiquement des données dans le logiciel de comptabilité depuis une autre solution de gestion que l’entreprise utiliserait. Il peut notamment s’agir :

  • De déverser automatiquement toutes les écritures de ventes depuis un logiciel de facturation,
  • D’intégrer les écritures d’achats et de ventes depuis un logiciel de gestion commerciale,
  • De comptabiliser automatiquement les écritures de TVA depuis le module de télédéclaration de la taxe,
  • De récupérer les relevés bancaires à l’aide d’un procédé spécifique mis en place avec l’établissement bancaire…

Plusieurs possibilités existent : l’intégration immédiate lorsque les logiciels de gestion sont accessoires au logiciel de comptabilité (c’est-à-dire qu’ils constituent des modules du logiciel comptable) ou l’intégration par export – import au moyen de la génération d’un fichier.

La création de guides de saisie

En pratique, il est extrêmement rare de parvenir à automatiser l’ensemble du processus de saisie comptable. Un minimum de mouvements devront être traités manuellement. Pour faciliter ce travail fastidieux, il est possible de créer des guides de saisie personnalisés qui vont décliner automatiquement les comptes de gestion mouvementés (ainsi que le compte de TVA) en fonction du compte de bilan renseigné (compte client débité ou compte fournisseur crédité).

Il est également possible, dans la plupart des cas, de prévoir un calcul automatique de la TVA et du montant hors taxes, en fonction du montant « toutes taxes comprises » renseigné par l’utilisateur.

La mise en place d’un lettrage automatique

Les entreprises devant appliquer les règles de la comptabilité commerciale comptabilisent les créances dès qu’elles sont acquises et les dettes dès qu’elles sont engagées, peu importe que le paiement intervienne immédiatement ou non. Cette particularité multiplie le nombre d’écritures comptables et nécessite, pour chaque facture, de la rapprocher de son dénouement financier, c’est-à-dire de son paiement. Ce rapprochement est appelé un lettrage. Il est, par défaut, effectué manuellement.

L’utilisation d’un logiciel de comptabilité peut permettre de gagner du temps dans l’exécution d’un lettrage. Il comporte généralement une fonction de lettrage automatique qui peut s’avérer intéressante lorsque l’entreprise utilise judicieusement ses comptes auxiliaires et qu’elle édite des factures de montants différents (rarement identiques).

Préparer efficacement la clôture des comptes

Les échanges avec l’expert-comptable

Le logiciel de comptabilité doit permettre d’exporter les données afin, notamment, qu’elles soient exploitées et retravaillées par l’expert-comptable.

Ce professionnel pourra, par exemple, enregistrer les opérations de fin d’année (opérations d’inventaire), réviser les comptes et retransmettre les données à l’entreprise qui réalisera, à son tour, une importation de fichiers.

La clôture de l’exercice comptable

Le logiciel de comptabilité gère les ouvertures et les clôtures des différents exercices comptables, au même titre que l’archivage des données.

Il offre la possibilité de travailler sur l’exercice comptable suivant sans avoir clôturé de façon définitive l’exercice en cours. Cette fonctionnalité est pratique car elle permet de ne pas laisser s’écouler un laps de temps trop important entre la fin d’un exercice et le démarrage de la saisie sur le nouvel exercice.

Lorsque l’expert-comptable révise les comptes, certains logiciels autorise le blocage de l’exercice en cours afin d’interdire l’inscription de nouveaux enregistrements dans les comptes.

Enfin, une fois l’exercice comptable clôturé, la comptabilité reste tout de même accessible en mode « consultation ». Cela signifie qu’aucune écriture ne pourra être enregistrée mais que celles existantes pourront être consultées à l’écran, voire imprimées.

Les sauvegardes informatiques

Une bonne utilisation d’un logiciel comptable impose d’effectuer régulièrement des sauvegardes (et de tester les fichiers au cours de restaurations de sauvegardes). L’outil de maintenance du logiciel joue un rôle clé à ce sujet. A minima, une sauvegarde complète doit au moins être effectuée une fois par an, après que les comptes aient été clôturés.

Il est généralement conseillé de conserver les sauvegardes à deux endroits différents ou sur des supports distincts (sur un disque dur et sur un Cloud par exemple).

A lire également sur le logiciel de comptabilité :

Conclusion : pour bien utiliser un logiciel comptable, il est, tout d’abord, indispensable de le paramétrer complètement et convenablement. Ensuite, il faut se servir de toutes les fonctionnalités qu’il propose : import/export, guides de saisie, lettrage automatique. Enfin, il est nécessaire d’effectuer fréquemment des sauvegardes et de préparer la clôture de l’exercice et notamment les échanges avec l’expert-comptable.

Partager

A propos de Thibaut Clermont

Thibaut Clermont
Thibaut CLERMONT, mémorialiste en expertise-comptable et webmaster de Compta-Facile, site d'information sur la comptabilité rattaché au réseau FCIC-MEDIA.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

nec at sed mattis accumsan id Curabitur Praesent eget ut