Vous êtes ici : Accueil » L'expert-comptable » Missions de l'expert-comptable » Tenir sa comptabilité ou la confier à un expert-comptable ?

Tenir sa comptabilité ou la confier à un expert-comptable ?

Tout commerçant doit tenir une comptabilité régulière, sincère et fidèle. Il peut choisir de tenir soi-même sa comptabilité ou de la confier à un professionnel : un expert-comptable. Compta-Facile vous présente les modalités d’exécution de chacune des deux solutions, leurs avantages et leurs inconvénients.

Tenir sa comptabilité ou la confier à un expert-comptable

1. Tenir sa comptabilité soi-même

A. Comment tenir sa comptabilité soi-même ?

Lorsque le chef d’entreprise décide de tenir sa comptabilité en interne, il peut enregistrer ses pièces comptables (factures d’achats, factures de ventes, relevés bancaires etc.) :

Ce type de tenue implique une gestion rigoureuse de la comptabilité et notamment :

  • un bon classement et bonne numérotation des pièces comptables ;
  • l’utilisation d’un plan comptable adapté à l’entreprise et à son activité ;
  • des mises à jour régulières ;
  • La mise en place de trames afin de gagner du temps lors de la saisie.

B. Avantages et inconvénients d’une comptabilité tenue en interne

La tenue d’une comptabilité par l’entreprise elle-même présente un avantage indéniable : son coût. En effet, en général, cette solution est la moins coûteuse. Elle permet également de sensibiliser le chef d’entreprise à l’aspect administratif de son activité.

Elle revêt toutefois deux inconvénients majeurs :

  • Consommatrice de temps

Dans les petites entreprises, c’est généralement le dirigeant qui s’occupe de la comptabilité. Ainsi, en optant pour cette solution, il consacrera moins de temps à son activité en elle-même. A terme, cela pourra être susceptible de détériorer la gestion de son activité (suivi des affaires moins performant) et pourra même aboutir à une diminution du chiffre d’affaires. La tenue comptable pourra toutefois être assurée, en partie, par un collaborateur de l’entreprise (comptable recruté, secrétaire).

  • Risquée

Le dirigeant doit respecter un certain nombre de règles comptables, fiscales, juridiques, sociales etc. Cette solution implique qu’il ait été sensibilisé à la comptabilité et à la gestion. Elle nécessite un minimum de connaissances dans ces domaines mais surtout une actualisation régulière de celles-ci.

2. Confier sa comptabilité à un Expert-comptable

A. Comment confier la tenue comptable à un Expert-comptable ?

Les entreprises peuvent également choisir de confier la tenue de leur comptabilité en tout ou partie à un Cabinet d’expertise-comptable. L’étendue de mission dévolue à l’expert-comptable est défini dans un contrat appelé lettre de mission ; elle peut aller de la simple surveillance comptable à l’établissement complet des comptes annuels.

La solution la plus couramment utilisée par les petites entreprises consiste à confier à l’expert-comptable l’ensemble des tâches comptables, fiscales, juridiques et sociales. Dans ce type de mission, le client externalise la tenue de sa comptabilité. Son expert-comptable :

  • Définit le Plan Comptable adapté à la structure après avoir diagnostiqué son organisation
  • Définit le rythme de transmission des pièces comptables
  • S’assure de la mise à jour régulière de la comptabilité (saisie des pièces comptables, lettrage des comptes clients/fournisseurs)
  • Effectue les déclarations fiscales dans les délais impartis (TVA, liasse fiscale, CVAE etc.)
  • Établit les comptes annuels (bilan, compte de résultat et annexe) et remet une plaquette à son client

Dans les entreprises de taille plus importante, un service comptable est généralement mis en place en interne. Ce dernier effectue la tenue de la comptabilité. Dans ce cas, l’expert-comptable peut exercer une mission de surveillance comptable et d’établissement des déclarations fiscales (il est chargé de réviser les comptes de l’entreprise et peut faire son bilan comptable). Il conviendra d’établir une grille de répartition des tâches en bonne et due forme.

B. Avantages et inconvénients d’une comptabilité externalisée

Avoir recours à un expert-comptable présente de nombreux atouts. Tout d’abord parce que l’expertise-comptable est une profession réglementée relevant d’un ordre professionnel et régie par un Code de Déontologie (gage de qualité). Les experts-comptables ont une obligation de conseil et ils doivent souscrire des assurances particulières au titre des travaux qu’ils effectuent pour le compte de leurs clients.

Pour information, nos équipes ont rédigé un article dans lequel elles vous dispensent leurs conseils pour choisir un expert-comptable.

Il est important de souligner ici que l’entreprise choisit les missions qu’elle attribue à son expert-comptable. Elle pourra ainsi décharger le chef d’entreprise de certaines tâches fastidieuses, risquées et consommatrices de temps afin de lui permettre de se recentrer sur son cœur de métier : son activité.

L’inconvénient majeur réside dans le coût (honoraires facturés par l’Expert).

Pour une étude plus globale du rôle de l’expert-comptable :

Conclusion : La comptabilité peut être tenue par l’entreprise elle-même ou être entièrement externalisée auprès d’un expert-comptable ; les avantages d’une méthode constituant les inconvénients de l’autre. Des solutions intermédiaires peuvent également être retenues, en fonction des souhaits de l’entreprise. Voici un article qui vous guidera dans votre recherche : trouver un expert-comptable

A propos de Thibaut Clermont

Thibaut Clermont
Thibaut CLERMONT, mémorialiste en expertise-comptable et webmaster de Compta-Facile, site d'information sur la comptabilité rattaché au réseau FCIC-MEDIA.

12 commentaires

  1. Bonjour. Je viens de créer une entreprise individuelle (EI) avec le code APE 6622Z mandataire d’intermédiaires en assurances. Mes seules recettes seront mes commissions versées mensuellement par mon mandant. Mes dépenses seront mes frais journaliers : essence, entretien véhicule, papier, timbres, enveloppes, téléphone portable, encre imprimante. Je souhaite savoir dans quel domaine je serais taxé : bénéfice non commerciaux (BNC) ou bénéfices industriels et commerciaux (BIC) ? Les avis que j’ai recueillis sur la question divergent… Dois-je prendre un comptable ? Dois-je passer par un centre de gestion agréé ? J’ai déjà un compte bancaire professionnel. Merci de votre avis et conseil.

    • Thibaut Clermont

      Bonjour. Pour répondre à vos questions point par point :
      1. Régime d’imposition des bénéfices d’un courtier en assurance
      Votre code APE est classé dans la catégorie « Services des agents et courtiers d’assurances ». Or, fiscalement, les courtiers d’assurance ont la qualité de commerçant. Ils sont donc passibles de l’impôt dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (Cf. CE, arrêt du 29 juillet 1937, req. n° 55960). Voici un lien vers une documentation qui permettra d’identifier le cas précis dans laquelle se trouve votre activité : bulletin officiel des impôts.
      2. Avoir un expert-comptable
      L’expert-comptable n’est pas obligatoire. Il demeure toutefois recommandé pour de multiples raisons : il est investi d’un devoir de conseil, est compétent dans tous les domaines liés à l’entreprise (création, gestion, optimisation) et il est astreint au secret professionnel. Ces avantages ont été recensés dans un article que je vous invite à consulter : les atouts de l’expert-comptable. Enfin, sachez que nous avons mis en place une plateforme gratuite vous permettant de trouver l’expert-comptable qui vous convient le mieux : trouver-le-bon-expert-comptable.com.
      3. Adhérer à un centre de gestion agréé
      Dans la mesure où vous êtes soumis à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des BIC et que vous escomptez réaliser un bénéfice, il est indispensable d’opter à un Centre de Gestion Agréé (CGA) afin d’éviter une majoration de vos revenus de 25%. Les autres avantages procurés par un CGA sont supprimés petit à petit, et notamment par la loi de finance 2015 : suppression de la réduction du délai de reprise de l’administration fiscale, suppression de la réduction d’impôt pour frais de comptabilité et suppression de la déductibilité intégrale du salaire du conjoint (pour plus d’informations : adhérer à un CGA).
      Enfin, voici un article qui traitement de l’organisation comptable de l’entreprise individuelle, je vous invite à le consulter en cas de besoin : la comptabilité de l’entreprise individuelle.
      Cordialement, Thibaut CLERMONT.

  2. Bonjour,

    J’ai une SAS gérée par un cabinet comptable mais je n’ai pas de salarié (moi-même salarié à plein temps dans une autre société) et une comptabilité très simple (quelques achats et quelques factures de prestations par an).
    J’aimerai me séparer de mon cabinet et utilisé un système en ligne (sas) pour d’une part un gain d’argent, mais également de visibilité quant à mon activité en temps réel (prévisionnel annuel et statistiques comptables) que je n’ai pas actuellement.

    Est-ce si compliqué ? Connaissez-vous une solution adaptée à mes besoins ?

    Cordialement,
    Laurent

    • Thibaut Clermont
      Thibaut Clermont

      Bonjour.
      Tout d’abord, sachez qu’il est très peu probable que vous vous sépareriez complètement de votre cabinet d’Expertise-Comptable, sauf à avoir des connaissances comptables et fiscales extrêmement développées sur ce sujet. Je m’explique : même si vous parvenez à tenir la comptabilité de votre SAS seul (saisie des pièces comptables, révision, travaux d’inventaire), il vous restera encore d’autres tâches à effectuer : établir les comptes annuels (dont l’annexe comptable), remplir la liasse fiscale, rédiger un procès-verbal d’assemblée générale ordinaire annuelle statuant sur le résultat et son affectation (et également appréhender toutes les règles fiscales, notamment en matière de distribution de dividendes), etc. Et quand bien même, vous vous priveriez de conseils appropriés sur votre situation (l’expert-comptable a un devoir de conseil).
      Parlez-en à votre Expert-Comptable actuel. Il sera normalement à-même de comprendre vos besoins et saura définir, avec votre concours, une nouvelle répartition des tâches qui vous permettra de payer moins d’honoraires et de bénéficier de l’édition de tableaux de bord en temps utiles.
      Cela passera donc par une réorganisation administrative et comptable et un aménagement de votre relation avec ce professionnel du chiffre. Elle pourra être la suivante : vous saisissez vos pièces comptables depuis votre propre logiciel comptable (ou solution de gestion comptable en ligne) qui vous proposera divers modules selon la gamme que vous choisirez. Puis, en fin d’exercice, l’expert-comptable intégrera l’ensemble de vos écritures dans son logiciel de comptabilité, il effectuera une révision de votre dossier, passera les écritures de fin d’année (écritures d’inventaire), établira votre liasse fiscale, la télédéclarera à l’administration fiscale et dressera vos comptes annuels.
      Mais là encore, tout dépend de vos connaissances en comptabilité et en fiscalité.
      Voici quelques articles qui vous guideront dans votre choix :
      Les logiciels de comptabilité,
      Bien choisir son logiciel de gestion comptable,
      La comptabilité et le Cloud,
      – Nos conseils pour choisir son Cloud et y tenir sa comptabilité.
      Bonne journée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

  3. Hélène Gadeaud

    Bonjour,
    Je souhaite quitter mon statut d’autoentrepreneur et m’établir en SASU. Je connais la comptabilité pour l’avoir pratiquée dans plusieurs secteurs d’activité sous statuts suivants : SARL, Associations, entreprise individuelle, etc… J’aimerais me passer de l’expert comptable dans les toutes premières années car mon chiffre d’affaires ne sera pas important et avoir recours à un avocat d’affaires. Quel est votre point de vue ? Merci à vous, cordiales salutations.

    • Thibaut Clermont
      Thibaut Clermont

      Bonjour. Difficile de ce prononcer sur un tel sujet mais voici quelques éléments de réponse :
      – sur le plan du tarif : les honoraires entre un expert-comptable et un avocat d’affaires pour une constitution d’entreprise sont à peu près équivalent (certains avocats d’affaires facturent toutefois leurs prestations plus chères) ;
      – au niveau du conseil : les deux professionnels se valent ; l’avantage d’avoir recours à un expert-comptable étant qu’il saura vous accompagner dans la post-création (suivi comptable et fiscal par exemple).
      Pour information, l’expert-comptable inscrit au tableau de l’ordre des experts-comptables est le seul professionnel à être autorisé à tenir votre comptabilité.
      Voici l’un de nos articles qui pourra vous aider dans votre réflexion : l’accompagnement à la création d’entreprise par un expert-comptable.
      Bonne journée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

  4. Bonjour. Mon expert comptable a envoyé à certains de mes fournisseurs, sans mon autorisation, une demande d’extrait de compte. En avait-il le droit ? Merci d’avance.

    • Thibaut Clermont

      Bonjour. Non, en théorie, il me semble que votre accord est indispensable. D’ailleurs, je crois que, sauf mandat au titre duquel vous conférez à l’expert-comptable le pouvoir d’effectuer ces formalités en votre nom, les demandes d’extraits de comptes doivent être signées de votre propre main. Bon après-midi. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

  5. Bonjour,
    Je suis en train de créer ma SAS pendant mes études avec une prévision de chiffre d’affaires assez modeste (environ 900 euros par mois). A propos de la liasse fiscale obligatoirement dématérialisée, doit-on forcément faire appel à un expert comptable ou à un logiciel qui le fait automatiquement (mais surement plus cher)?
    Est-il possible de le faire soi-même à moindre coût ?
    Merci d’avance pour votre aide.
    Cordialement.

    • Thibaut Clermont

      Bonjour,
      Il n’est pas obligatoire de faire appel à un expert-comptable pour télédéclarer votre liasse fiscale. Vous pouvez effectuer cette démarche vous-même en vous munissant d’un logiciel. Il existe des solutions qui sont directement dans le logiciel de comptabilité ou des solutions indépendantes de ce dernier (dans lesquelles il est nécessaire de ressaisir une nouvelle fois les éléments comptables). Le site de l’administration fiscale vous donne le détail : tableau des solutions TDFC.
      Bonne journée. Cordialement, Thibaut Clermont.

  6. Bonjour, je suis consultante et ais créé mon entreprise individuelle sous le régime BNC en milieu d’année 2015, et j’ai adhéré à une AGA. Je n’ai pas encore d’expert comptable, ma comptabilité est donc assurée par mes soins. Quels sont les dates clés des bilans, résultats d’entreprise à fournir?

    • Thibaut Clermont

      Bonjour,
      Pour prendre connaissance de vos obligations comptables, je vous invite à consulter les articles suivants : comptabilité d’un consultant, obligations comptables d’une entreprise individuelle.
      Il vous faudra tenir une comptabilité tout au long de l’exercice (comptabilité de trésorerie), établir des comptes annuels (vous serez normalement dispensée d’annexe et pourrait vous résoudre à présenter un bilan et un compte de résultat simplifié, sous conditions) et produire chaque année une liasse fiscale (déclaration de résultat n° 2035 accompagnée de ses annexes) au plus tard le deuxième jour ouvré suivant le 1er mai. Par ailleurs, vous devrez également déposer votre (ou vos) déclarations de TVA en fonction de votre régime : régime simplifié d’imposition ou régime du réel normal.
      Bonne soirée. Cordialement, Thibaut CLERMONT.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*


*